03282017Headline:

Cote d’ivoire: Un président de fédération enlevé en pleine cérémonie par la police économique -Les faits

homme politique

Le monde sportif ivoirien s’est donné rendez-vous, l’après-midi du lundi 18 janvier 2016, au Palais des sports à Treichville, pour la présentation de vœux au ministre de tutelle, Albert François Amichia, présent pour la circonstance.

En plus des agents du ministère en leur rang et qualité, les organismes internationaux et les fédérations sportives de Côte d’Ivoire étaient représentés par leurs responsables. Pour la première fois, Sidy Diallo, président de la Fédération ivoirienne de football (Fif), était aux côtés de ses pairs pour sacrifier à la tradition. Jusque-là, tout se passe bien. Les cadres du ministère ont été les premiers à serrer la main au ministre Amichia faisant face à l’assemblée.

Dans les tribunes du Palais, les animateurs du Comité national de soutien aux Eléphants faisaient le show. Côté présidents de fédération, ils étaient presque-là. De Vremen Serge Yvon de la natation en passant par Bamba Cheick Daniel (Taekwondo), Koné Sanga (Volyeball), Dr Tano Clovis (Rugby), Me N’Gouan Georges (tennis), Trazié Serge Pacôme (sports paralympiques) à Nicolas Debrimou (athlétisme), les chaises étaient bien garnies. Dans cette grisaille, Elie Adayé, président par intérim de la Fédération ivoirienne de triathlon (Fitri), malgré la crise qui secoue cette discipline olympique, est bien installé. Puisque invité par le ministère. Mais il n’était pas serein.
En effet, le président déchu, Dr Cissoko Jacques, qui a porté l’affaire à la police économique au Plateau, pour un détournement de 6 millions Fcfa, représentant la parafiscalité versée par le ministère, aurait dépêché sur les lieux de la cérémonie, trois policiers, au dire d’Elie Adayé, pour le faire arrêter. « La police économique est venue m’attraper tout à l’heure. Fait mouvement à la police au Plateau et demande capitaine Messon ».

C’est le message balancé par Elie Adayé à ses partisans, via le mobile, pendant qu’il assistait à la cérémonie, la peur au ventre. L’allocution du directeur de cabinet, Moumouni Sylla, puis celle du représentant des fédérations sportives, Soumaharo Mamadou, et enfin celles du comité olympique national et du ministre Amichia prennent fin sans accroc.

Les trois policiers guettent leur cible, en costume gris, lunette et toujours en train d’écrire des messages. Une photo de famille avec le ministre, en présence du trophée de la Can 2015 qu’a tenue à présenter pour la énième fois Sidy Diallo aux sportifs ivoiriens; pour immortaliser le moment. Elie Adayé ne manque pas l’occasion. Il prend place à côté de Sidy Diallo sans sourire, pour autant.

La trouille?

On peut l’écrire. Le maître de cérémonie annonce un cocktail pour finir la cérémonie en beauté. C’est là que, voulant se faufiler parmi les officiels pour échapper aux policiers qu’il reconnaissait bien qu’étant en civil, Elie Adayé sera cueilli comme un malfrat. « On se connait Adayé. Depuis des semaines, on vous cherche. Allons-y au poste, on va s’expliquer », dit l’un des policiers.

Elie Adayé tente d’expliquer qu’il a été invité à cette cérémonie par le ministère des Sports. Et le policier de renchérir en ces termes : « La cérémonie vient de finir. Vous avez détourné l’argent de la fédération, l’affaire est à la police et vous refusez de répondre à la convocation. On vous tient, allons ! ».

Sur ce, Elie Adayé qui avait entre-temps, enlevé son costume pour montrer l’invitation du ministère, sera pris par la ceinture par les trois policiers, au grand dam de quelques curieux. Car la majorité des invités n’avaient d’yeux que pour le cocktail et aussi les officiels, dont le ministre, entraient dans la salle VIP. Le président par intérim sera donc embarqué dans un véhicule qui prend la direction du Plateau.

Il y passera la nuit. « C’est un abus de pouvoir. Dr Cissoko Jacques n’est plus le président de la fédération. Il a été démis de ses fonctions depuis des mois. Tous les clubs sont mobilisés pour se rendre au Plateau afin d’obtenir la libération d’Elie Adayé », a confié un proche d’Elie.

Pour le ministère des Sports, c’est une affaire interne qui dépasse déjà ses compétences, puisqu’on parle de détournement d’argent. « On pouvait empêcher qu’il soit arrêté si on avait été saisi à temps sur le lieu de la cérémonie. Mais là, on ne peut rien faire », a dit hier un membre du service de la communication de la tutelle.

Cependant, il est impérieux que la direction de la vie fédérale dise qui de Dr Cissoko Jacques et d’Elie Adayé elle reconnaît comme représentant légal de la Fitri. Certes, il y a crise, mais le camp d’Elie Adayé a reçu une invitation pour la cérémonie de présentation de vœux au ministre. Dr Cissoko, qui fait face à une fronde, n’y était pas. « Il n’y a pas eu de détournements, dans la mesure où l’argent versé à Adayé a servi à faire des activités », explique un de ses proches. Dans l’autre camp, l’on est déterminé à punir ceux qui ont trahi la confiance de Dr Cissoko. Jusqu’où ira cette crise?

Annoncia SEHOUE

-apr-news.fr

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment