08232017Headline:

Côte d’Ivoire :Une grande attaque déjouée à la frontière ivoiro-libérienne

frci masque

Les vieux démons inquiètent toujours en Côte d’Ivoire

Une attaque déjouée

La Côte d’Ivoire a bien failli vivre de nouveaux moments chauds. De fait, une tentative de déstabilisation menée depuis la frontière ivoiro-libérienne a été déjouée, indique Soir Info. « Tentative de déstabilisation déjouée, dimanche dernier : plusieurs arrestations dont le présumé financier », livre à sa Une le journal. « Le moins qu’on puisse dire, c’est que la Côte d’Ivoire a échappé de peu à de lourds moments de tourments alors que les esprits des citoyens, n’en avaient pas encore fini avec l’ivresse des fêtes. Une tentative de déstabilisation des institutions dont le cratère de feu devrait commencer pour la énième fois, par embraser le Sud-Ouest du pays, aurait été déjouée. Et plusieurs personnes impliquées dans ce rush manqué, ont été arrêtées. De fait, informent nos sources, le dimanche dernier 4 janvier, une autorité locale de « Boudélé », village situé à une vingtaine de Km de Tabou et qui est essentiellement habité par des pêcheurs ghanéens, saisit en début d’après-midi, une patrouille de la gendarmerie nationale du chef-lieu. Il explique que depuis environ trois jours, il observe sur le plan d’eau, des mouvements bizarres. Des mouvements d’inconnus débarquant de grandes pirogues et déchargeant de ces embarcations d’énormes colis pour lesquels ils se mettaient du reste à plusieurs, pour leur déchargement. Et toujours au dire de cette autorité villageoise, ces individus aux mines pas du tout rassurantes qu’il assimile à des assaillants, s’en allaient ensuite garder leurs colis chez un habitant du village. Précisément, un autochtone qui semblait jouer le rôle de tuteur pour eux. Puis, certains repartaient tout de suite après. Ces informations importantes en leur possession, les gendarmes font aussitôt appel à du renfort. C’est ainsi qu’un contingent des Frci et des éléments de la police nationale basés à Tabou, arrivent. Et toutes ces forces, débarquent dans le village de « Boudélé ». En un rien, la petite localité est bouclée », relate le journal.Pour sa part, L’Inter choisit de se pencher sur la provenance de ces assaillants. « Frontière ivoiro-libérienne : une attaque déjouée dimanche/ Plusieurs assaillants arrêtés, voici d’où ils venaient », titre le journal. A en croire le quotidien, « Ces suspects, selon nos informations, seraient venus du Ghana voisin par voie maritime. Ils avaient en leur possession des explosifs artisanaux, ainsi que d’autres armes de guerre. Ils ont été aussitôt arrêtés avant qu’ils ne passent à l’acte. Une enquête en vue d’en savoir davantage sur leur présence dans la localité où ils ont été arrêtés et connaître leurs réelles intentions, a été ouverte ».Quant à L’Expression, il en dit davantage sur les intentions de ces présumés assaillants. « D’après des témoins, ces suspects ont utilisé le même mode opératoire que ceux qui ont attaqué Grabo l’année dernière. ‘’Ils allaient s’attaquer aux symboles de l’Etat, semer le trouble afin de donner l’impression que l’insécurité règne au sud-ouest’’, se plaint notre source », souligne le journal.

Le Nonce apostolique dégaine

La cérémonie de présentation des vœux au président ivoirien, Alassane Ouattara a eu lieu hier. Et, à cette occasion, le Nonce apostolique par ailleurs, doyen du corps diplomatique a exprimé le vœu des ambassadeurs de ne plus voir la Côte d’Ivoire sombrer dans la guerre. C’est ce qu’indique Soir Info. « Le Nonce apostolique à Ouattara : ‘’la Côte d’Ivoire n’a pas besoin de chefs de guerre’’ », titre en manchette le journal. « Comme il est de tradition, les corps constitués de la République de Côte d’Ivoire se sont rendus au palais présidentiel, au Plateau, lundi 5 janvier 2015, pour présenter leurs vœux de nouvel an au chef de l’Etat. Le Nonce Apostolique et doyen du corps diplomatique, Monseigneur (Mgr) Joseph Spiteri, n’est pas allé avec le dos de la cuillère quand il présentait les vœux du groupe qu’il représentait, au président Alassane Ouattara. « La Côte d’Ivoire n’a pas besoin des chefs de guerre mais de chefs d’entreprises, des chefs d’initiatives sociales. La réconciliation va de paire avec la justice, les réparations dues aux victimes quel que soit leur bord », a asséné Mgr Spiteri. Pour lui, il faut que les victimes des différentes crises que le pays a connues soient logées à la même enseigne », écrit le quotidien.Cette sortie du représentant du Pape en Côte d’Ivoire, Notre Voie y voit un lien avec le processus de désarmement en Côte d’Ivoire. « le représentant du Saint père rappelle le problème crucial du désarmement qui est une devenue une plaie dont le pouvoir Ouattara ne semble pas trouver une solution idoine », comment le journal.De cette cérémonie, Le Patriote retient, de son côté, le volonté du président ivoirien de voir des élections crédibles se tenir en 2015. « Je peux vous garantir que ces élections seront libres, inclusives et transparentes, apaisées et conforme aux standards internationaux », a déclaré le chef de l’Etat dont l’allocution est intégralement publiée par le journal.

Linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment