01182020Headline:

Côte d’Ivoire : Une perquisition chez l’ex-seigneur de guerre de la rébellion de Guillaume Soro

Une perquisition chez l’ex-seigneur de guerre de la rébellion de Guillaume Soro, le colonel Martin Fofié Kouakou ? L’information est livrée par le conseiller en communication de Guillaume Soro, ce vendredi 3 janvier 2019.

« Le colonel Fofié Kouakou Martin subit une perquisition d’éléments armés envoyés par ADO. C’est au tour des militaires maintenant », a twitté Moussa Touré, conseiller en communication de Guillaume. Ce dernier qui vit dans la clandestinité est menacé d’arrestation depuis le 23 décembre 2019.

L’information qu’il livre n’est, enfin, pas confirmée de source officielle. Encore moins par l’Etat-major des armées du Général Lassina Doumbia. « Nous n’avons aucune connaissance d’une telle perquisition. Le concerné ne nous a donc informé de rien, pas plus que ceux qui seraient chargés de la perquisition. Il faut savoir que l’Etat-major des armées n’est pas directement associée à cette procédure », nous a confié une source au sein de l’armée.

En effet, depuis le 23 décembre 2019, date du retour manqué de Guillaume Soro en Côte d’Ivoire, et suite au mandat d’arrêt lancé contre lui, plusieurs proches de ce dernier sont dans le collimateur de la justice ivoirienne. Le procureur Richard Adou a, de ce fait, annoncé l’interpellation de quinze personnalités membres de Groupement et peuples solidaires (GPS) de Soro. Parmi elles, au moins quatre députés et un maire.

PERQUISITION CHEZ FOFIÉ KOUAKOU ET AILLEURS
Outre les interpellations, des perquisitions ont déjà eu lieu à des domiciles privées. Celles de Soro, aussi bien à Marcory Résidentiel (Abidjan), que dans son village ont été visitées. Celles aussi d’Affoussy Bamba (en exile) et d’Alain Lobognon. Ce dernier est en prison).

De fait, le 23 décembre, Fofié Kouakou, ex-redouté chef de guerre de Korhogo, faisait partie des officiers des ex-Forces nouvelles, qui avaient été reçus en audience privée par le Président Alassane Ouattara. Rien alors, n’avait filtré de cette rencontre à laquelle la Présidence n’avait pas jugé utile d’associer le chef d’Etat-major et le commandant supérieur de la gendarmerie, le Général Alexandre Apalo Touré.

Avec afriksoir

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment