03232017Headline:

Cote d’Ivoire: Une servante violée par le fils de sa patronne sans conséquence

viol fille

K.T., jeune fille âgée de 19 ans, se souviendra, pendant longtemps de la date du 9 avril 2016. C’est ce jour-là, en l’absence de sa patronne, qu’elle est a été soumise à des rapports sexuels non consentis, par le fils de son employeuse. En somme, elle a été violée par ce dernier.

Selon les informations à notre disposition, le jour des faits, dame C.G., responsable commerciale dans une entreprise de distribution de produits cosmétiques, sort de chez elle, à Marcory-Remblai, pour une cérémonie de mariage, au Plateau.

Elle laisse dans son appartement, son fils A.K., la vingtaine révolue et sa servante. C’est donc en l’absence de sa mère que A.K., qui vraisemblablement n’attendait que ce moment, rejoint la servante qui vaque à ses occupations quotidiennes, dans la cuisine. Il fait des avances à la fille, sans succès.

Mais A.K. qui tient à assouvir sa libido, choisit la manière forte. Ainsi, il empoigne sa proie et tente de la posséder de force. Il s’ensuit une lutte au cours de laquelle, la jeune fille est violentée, jusqu’à ce que ses forces la lâchent. Belle occasion pour le fils de dame C.G. de sévir.

Ainsi, comme un forcené, il viole la jeune fille affaiblie. Descendu de cette montée au 7ème ciel à sens unique, A.K. abandonne sa proie en pleurs et sort de la maison, non sans menacer de la faire renvoyer, au cas où elle s’avisait à dévoiler ce qui venait de se passer.

Le soir, lorsque la maîtresse des lieux rentre chez elle, elle s’aperçoit de la tristesse de sa servante. Cette dernière, pressée de questions, crache le morceau sur son infortune. Au retour de son fils à la maison, la mère l’apostrophe en lui demandant la raison de son acte. Le mis en cause reste muet comme une carpe.

Comprenant alors que son fils se reproche bien des choses, C.G. prend la ferme résolution de lui faire payer son inconduite, en lui infligeant une sévère punition, pendant trois mois. Quant à la victime, elle a été suppliée, par sa patronne, contre réparation, de laisser tomber cette affaire honteuse.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment