09192018Headline:

Côte d’Ivoire: Une vue de la manifestation de colère des agents de la police universitaire à Bouaké ; « On nous avait promis des conditions meilleures de travail »

Plusieurs agents de la police universitaire de Bouaké ont paralysé dans la matinée du mardi 11 septembre 2018, le principal carrefour de cette ville, avant d’être dispersés par les forces de l’ordre.

En tenue de service, ces agents par la voix de leur porte-parole Diezon Kmonde Dezat disent manifester pour réclamer des autorités un statut de fonctionnaire. « Depuis 5 ans que nous travaillons, nous n’avions jusque-là pas de statut véritable dans ce corps. Nous ne vivions que de perdièmes, sans assurance santé ni profil de carrière. Et pourtant, lorsque nous avions été recrutés, on nous avait promis des conditions meilleures de travail. Comment comprendre que des agents qui ont été recrutés avec un niveau minimum du baccalauréat soient traités avec mépris », s’est indigné Diezon Kmonde.

Le porte-parole de la police universitaire s’indigne de la passivité du secrétaire d’État en charge du service civique, Siaka Ouattara dans cette affaire. « Nous avions rencontré le ministre Siaka Ouattara et jusqu’à ce jour, aucune piste de solution n’a été trouvée. C’est pourquoi nous avions décidé aujourd’hui de sortir dans la rue pour nous faire entendre. », a martelé Diezon.

La police arrivée plus tard a dispersé les manifestants.

Simon DEBAMELA, à Bouaké

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

AIP

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment