01282022Headline:

Côte d’Ivoire : voici ce que propose le PPA-CI aux ivoiriens


Le député Hubert Oulaye, nommé président exécutif du Parti des peuples africains de Côte d’Ivoire (PPA-CI) était sur les antennes Life TV. Abidjantv.net vous propose l’intégralité de l’entretien.

Pr Hubert Oulaye, président exécutif du Parti des peuples africains de Côte d’Ivoire (PPA-CI), comment avez-vous reçu votre nomination ?

Pour moi, c’est un honneur d’avoir été choisi comme tout premier président exécutif de ce tout nouveau parti. Donc, ç’a été une véritable joie.

Combien de temps dure votre mandat ?

Le mandat dure 3 ans.

Est-ce que vous avez déposé les statuts de l’Association en préfecture et quels sont les noms qui y figurent ?

Nous n’avons pas encore déposé les statuts. Nous sommes en train de les finaliser.

La question se pose pour le président Gbagbo de présider ce parti, compte tenu d’une condamnation dont il est l’objet. Est-ce que vous pensez que cela constitue un frein dans le cadre de ces démarches administratives ?

Pas du tout. Pour nous, ce n’est pas un frein. Vous avez écouté le président sur la question. Il récuse cette accusation, cette décision de condamnation. Nous sommes dans un pays où nous sommes dans un contexte politique. Nous avançons et nous attendons.

Monsieur le président exécutif, c’est un honneur pour un homme qui doit être nommé de se précipiter alors que vous concernant, pendant qu’on annonçait votre nomination, vous étiez absent. Où étiez-vous ?

J’étais à une mission qui m’a pris du temps. Je crois qu’on vous l’a dit dans le communiqué. Hier, j’étais chez la Première dame, Mme Simone Gbagbo, en vertu d’une mission qui m’avait été confiée par le président du parti. Je suis allé lui faire une proposition.

Quelle a été la proposition ?

Je crois que tout ceci a été précisé dans le communiqué. Elle devrait être membre du Comité stratégique.

Avec un titre de vice-présidente ?

Certainement.

Est-ce que cette démarche n’arrivait pas un peu tardivement, compte tenu des déclarations successives de l’ex Première dame ?

Votre question, je crois qu’il faut la reformuler. La démarche ne peut pas venir tardivement. Nous sommes allés à un Congrès où les anciens membres du Comité central de l’ex parti ont été invités. Donc, avant ce Congrès, on ne peut pas savoir qui viendra ou pas.

Est-ce que l’ex Première dame a reçu une invitation formelle pour être présente au Congrès ?

L’invitation formelle n’est pas individuelle. Il a été indiqué que tous les membres de l’ancienne Direction centrale étaient invités au Congrès.

Est-ce que cette démarche envers Mme Simone a été la même pour tous ceux qui ont été nommés au Comité stratégique ?

Nous avons fait cette démarche parce que l’ex Première dame n’était pas au Congrès constitutif. L’intention du président était qu’elle vienne. Il a prévu sa place au Comité stratégique. Au Congrès, elle était absente du pays.

Est-ce que vous avez abordé les questions de son retour ?

Elle a souhaité ne plus continuer avec l’équipe actuelle.

Quelle est l’offre politique de votre nouveau parti ?

Le Ppa-Ci est né sur les cendres, si je pus m’exprimer ainsi, de notre ancienne formation politique, le Fpi que nous avons laissée entre les mains de monsieur Affi. Nous travaillons pour une Côte d’Ivoire de paix, de justice. Ceci demeure notre crédo. Aujourd’hui, nous avons décidé de créer un parti panafricaniste. (…) Il fallait que la dimension panafricaniste vienne épauler l’offre politique.

Retranscrit par Elvire Ahonon, Sapel

Comments

comments

What Next?

Recent Articles