10212017Headline:

Côte-d’Ivoire: Voici la Copie de la lettre du comité des sages du PDCI à Bédié

affi et bedié main dans main

Dans une lettre adressée au président Aimé Henri Konan Bédié, dont on a reçu copie, le comité des sages du Pdci-Rda a recommandé au président du parti  de tout mettre en œuvre pour préserver l’autonomie du PDCI-RDA et renforcer son unité et sa cohésion par le respect sans concession des Statuts et Règlement Intérieur.

Avant toutes choses, permettez-nous Monsieur le Président du PDCI-RDA, de présenter à vous-même, à votre épouse, à vos enfants et à tous ceux qui vous sont chers, nos vœux fervents de santé, de longévité, de paix et de bonne et heureuse année 2015.

RAPPEL 

Vous présidez notre grand et glorieux Parti le PDCI-RDA, depuis 1994, à la suite du décès du père fondateur le Président Félix Houphouët-Boigny.

Depuis cette date nous avons franchi ensemble bien des obstacles qui se sont dressés devant nous.

Citons notamment :

  • la dissidence et la création du RDR par Djeny Kobenan, en complicité avec certains cadres éminents du Parti ;
  • la perte du Pouvoir à la suite du coup d’Etat du 24 décembre 1999 perpétré par le Général Robert Guéi et salué par le Front Républicain constitué du FPI et du RDR ;
  • la dissidence et la création de l’UDPCI par le Général Robert Guéi, battu à l’élection présidentielle de 2000 par le Président du FPI Laurent Gbagbo, avec certains cadres éminents du Parti ;
  • la rébellion du 19 septembre 2002 avec son lot de morts d’hommes, d’atteintes aux droits de l’homme, de destructions et de pillages des biens, de viols, d’exilés et de crimes économiques ainsi que la division du pays en deux zones ;
  • la création du RHDP et la chute du régime de la Refondation le 11 avril 2011 ;
  • la défaite inattendue du PDCI-RDA au premier tour de l’élection présidentielle de 2010 ;
  • la grave crise postélectorale de 2010/2011 dont nous traînons encore les séquelles liées aux difficultés du processus de réconciliation nationale et de désarmement.

UNE FIDELITE CONSTANTE

Durant toutes ces épreuves le PDCI-RDA a résisté et est resté DEBOUT, sans jamais dévier de son objectif existentiel, à savoir la reconquête et l’exercice du Pouvoir d’Etat, pour poursuivre l’œuvre immense de construction nationale engagée par le Président Félix Houphouët Boigny et ses compagnons.

Le PDCI-RDA vous est resté fidèle après le coup d’Etat de 1999 et votre exil en France.

Vous avez été accueilli triomphalement à votre retour d’exil et le congrès de 2002 vous a brillamment réélu à la présidence du PDCI-RDA avec environ 88% des voix.

Le PDCI-RDA vous est resté encore fidèle malgré la défaite inattendue au premier tour de l’élection présidentielle de 2010 et son recul au troisième rang derrière le FPI et le RDR. Et vous avez été réélu brillamment au congrès de 2013 avec plus de 93% des voix.

Ce que nous pouvons tirer comme leçon de ces données constantes, c’est que le PDCI-RDA est resté uni et rassemblé derrière vous dans la cohésion, tant qu’il a été maintenu engagé dans le combat pour la sauvegarde de son autonomie et la conquête du Pouvoir d’Etat, à l’instar du père fondateur le Président Félix Houphouët-Boigny et ses compagnons.

MOTIVATION DES SAGES

Monsieur le Président du PDCI-RDA,

Si nous, membres du Comité des Sages, avons jugé opportun de vous adresser cette lettre après notre demande d’audience restée sans suite, c’est que le PDCI-RDA vit ces derniers temps des événements qui sont de nature à compromettre dangereusement sa cohésion, voire même sa survie.

En effet, en ce mois de septembre 2014 tous les militants et sympathisants du PDCI-RDA s’attendaient à la fixation prochaine de la date et des modalités d’organisation pratique de la Convention Nationale pour choisir le candidat du PDCI-RDA à l’élection présidentielle de 2015 en conformité avec l’exigence du XIIème congrès. Mais le 17 septembre 2014, vous avez pris tout le monde de court en donnant en votre nom personnel, en tant qu’ancien Président de la République et fils de la Région du Iffou, des orientations fermes pour faire du Président de la République en exercice Alassane Ouattara, le candidat unique du RHDP. Cette initiative unilatérale influence malheureusement la vie du PDCI-RDA et plombe sensiblement l’élan de remobilisation de nos militants insufflé par le XIIème congrès.

INCIDENCE SUR LE PDCI-RDA

Beaucoup a été dit et écrit sur l’appel de Daoukro. Nous ne voulons pas en rajouté à la polémique soulevée par cet appel. Il est cependant de notre devoir d’attirer votre haute attention sur certaines conséquences prévisibles de l’absence éventuelle de notre Parti au premier tour de l’élection présidentielle de 2015.

  • Le PDCI-RDA qui perdrait dans cette éventualité tout repère d’évaluation de son rang sur l’échiquier politique national, se mettrait alors en position de faiblesse dans toutes les négociations politiques, comme c’est le cas depuis juin 2012 pour les réglages. D’autant plus que dans ces conditions, il pourrait difficilement remporter en nombre significatif des sièges aux élections locales. Notre Parti ne doit pas prendre un tel risque, car rien dans le contexte actuel ne nous permet de penser que la création du Parti Unifié des Houphouëtistes soit un projet réaliste et viable. Le contraire nous paraît même plus probable. Nous comprenons difficilement que vous puissiez nous demander de « mettre la charrue avant les bœufs »
  • L’appel de Daoukro divise dangereusement le PDCI-RDA. Les rapports des missions d’explication qui nous ont été présentés au Bureau Politique du 18/12/2014 ne nous semblent pas fiables ; dans leur majorité, ils flirtent avec la complaisance et la volonté de leurs auteurs de faire plaisir au chef et d’abuser du Bureau Politique. Les esprits s’échauffent de part et d’autre à tous les niveaux de notre Parti, comme il nous a été donné de le vivre au dernier Bureau Politique. Pour la première fois dans l’histoire de notre Parti de dialogue et de paix, des rixes ont émaillé la réunion de cette prestigieuse instance du PDCI-RDA, en présence de son Président, et des membres distingués ont été expulsés de la salle manu militari. C’est une dérive grave qui témoigne des ravages de l’appel de Daoukro au sein de notre Parti. La situation pourrait s’empirer davantage encore avant, pendant et après le congrès extraordinaire prévu pour le 28/2/2015. Il est encore temps de redresser la barre.
  • La division de plus en plus profonde de nos militants fait planer sur notre Parti le syndrome du RDR et de l’UDPCI, les mêmes causes (le manque de dialogue par exemple) produisant toujours les mêmes effets. Elle témoigne en tout cas de l’évidence qu’une grande partie de nos militants ne suivront pas l’appel de Daoukro. D’autant plus que quatre militants actifs du PDCI-RDA ont déjà postulé pour l’investiture de notre Parti à l’élection présidentielle de 2015. Si l’appel de Daoukro réussissait un passage en force le 28 février prochain, cela ouvrirait probablement la voie à la constitution de nouveaux regroupements politiques. Ce qui pourrait être alors fatal au candidat unique du RHDP. Cet appel pourrait donc s’avérer en définitive singulièrement contre-productif et nocif pour le PDCI-RDA et le RHDP.
  • Nos militants majoritairement émus, démotivés et désorientés ne comprennent pas que dans le contexte politique actuel, où le PDCI-RDA, vers qui beaucoup de regards se tournent pour la réconciliation nationale et la normalisation de la société ivoirienne, tourne le dos à la victoire au profit du RDR, l’un des principaux acteurs de la longue crise que traverse la Côte d’Ivoire depuis la rébellion armée du 19 septembre 2002. Beaucoup de nos militants se demandent si le congrès extraordinaire du 28 février 2015 ne sera pas tout compte fait, la messe de requiem du PDCI-RDA, cet héritage précieux à nous légué par le père fondateur le Président Félix Houphouët Boigny.

Nous sommes donc face à la lourde responsabilité historique de prendre le risque de tourner la page du PDCI-RDA, ce Parti plein d’histoire qui soufflera ses 69 bougies dans trois mois et qui reste solidement implanté sur l’ensemble du territoire national. Cela ne nous parait pas envisageable. Il est aisé de comprendre dans ces conditions que l’appel de Daoukro s’apparente pour la grande majorité de nos militants à une provocation contre tous les fidèles irréductibles du PDCI-RDA et du RDA

RECOMMANDATIONS ET CONCLUSIONS

Monsieur le Président du PDCI-RDA,

Notre rôle en tant que membres du Comité des Sages est de vous apporter des conseils utiles dans votre lourde responsabilité de diriger notre glorieux Parti. Notre grande expérience politique et managériale nous confère la qualité et l’autorité morale requises pour attirer votre haute attention sur la marche du PDCI-RDA en toute sincérité sans flagornerie et sans courtisanerie. C’est ce que nous nous sommes employés à faire tout au long de cette note et que nous espérons pouvoir continuer à faire.

Habitués au dialogue et à la concertation qui sont des valeurs cardinales de l’houphouétisme, nous somme persuadés que notre démarche retiendra votre haute attention.

Pour terminer, nous vous soumettons les recommandations suivantes :

  • Tout mettre en œuvre pour préserver l’autonomie du PDCI-RDA et renforcer son unité et sa cohésion par le respect sans concession des Statuts et Règlement Intérieur
  • Maintenir le PDCI-RDA dans la dynamique de la conquête du Pouvoir d’Etat sur la base de la plate-forme originelle du RHDP signée le 18 mai 2005 à Paris. Notre Parti doit connaître et améliorer son rang sur l’échiquier politique national
  • Prendre les mesures d’apaisement nécessaires pour que le congrès extraordinaire du 28 février prochain se déroule dans l’esprit de fraternité, de convivialité et de démocratie qui sied aux grandes manifestations du PDCI-RDA
  • Faire le geste qui sauve, à l’instar de la Reine Abla Pokou et du Président Félix Houphouët-Boigny après sa proposition de double nationalité, en sacrifiant votre enfant nommé « appel de Daoukro », pour permettre à tous nos militants de se retrouver fraternellement sur l’autre rive du fleuve, dans l’intérêt bien compris de notre Parti menacé de graves et suicidaires perturbations
  • Privilégier les repères fixés par les Statuts et Règlement Intérieur, la plate-forme de l’Alliance du RHDP et les résolutions du XIIèmecongrès pour préserver la paix au sein du RHDP et au niveau national
  • Rencontrer les candidats à l’investiture de notre Parti pour l’élection présidentielle de 2015 et engager avec ces derniers un dialogue fraternel dans la tradition du PDCI-RDA pour éviter toute incompréhension et tout malentendu préjudiciables à ce dernier

Nous vous assurons, Monsieur le Président du PDCI-RDA, de notre haute et militante considération.

Pour le Comité des Sages

Le Bureau de Coordination

Coordonnateur : Président Noël Nemin

Vice-Coordonnateurs :

1er                                     2ème                                               3ème

Ossey Gnassou                      Cheikna Sylla                                        Jules Hié Néa

4ème                                                                      5ème

Mme Dikebié Joséphine                           Kouassi-Akon Yao Nicolas

 

Source Im

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment