07212024Headline:

Côte d’Ivoire: voici la pensée du premier ministre au sujet de la candidature de Gbagbo et Soro

Le premier ministre ivoirien Hamed Bakayoko a donné son avis sur la candidature de l’ancien président de la Côte d’Ivoire Laurent Gbagbo et celle de l’ancien président du parlement ivoirien, Guillaume Soro.
Hamed Bakayoko n’est pas resté éternellement silencieux sur la question qui court les rues d’Abidjan. L’actuel bras droit du président Alassane Ouattara, a livré son avis sur la candidature de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et celle de l’ancien président de l’assemblée nationale Guillaume Soro.

Le premier ministre ivoirien, a fait savoir qu’au pays des Éléphants, il y’a des règles auxquelles il faut se conformer avant d’être éligible. Sans quoi, il ne faut pas rêver grand: « Ils ont bel et bien déposé leurs candidatures à la Commission électorale indépendante. C’est vous dire que personne n’est empêchée de se présenter. Mais il y a des règles. Il y a la loi », a déclaré Hamed Bakayoko.

Et ses conditions d’éligibilité, si on peut se permettre de le dire, n’ont pas été remplies par Gbagbo et Soro. En tout cas, c’est ce qu’a essayé de nous dire Hamed Bakayoko. « En Côte d’Ivoire, quand vous avez une condamnation définitive dans certains domaines, vous perdez vos droits civiques. Et donc vous n’êtes plus électeur et, par là même, vous n’êtes plus éligible. Ils le savent », a clarifié Hamed Bakayoko.

Gbagbo et Soro, 20 ans de prison
Laurent Gbagbo est condamné à 20 ans de prison en Côte d’Ivoire pour le braquage de la banque de la Bceao et Guillaume Soro, lui, est condamné à 20 ans de prison et à la privation de ses droits civiques pour « recel de détournement de deniers publics » et « blanchiment de capitaux ». Des deux côtés, les avocats des concernés s’opposent et dénoncent une justice politisée.

Melv Sage

What Next?

Recent Articles