09202020Headline:

Côte d’Ivoire Voici Le témoignage d’un ami de Gbagbo qui risque de couler Simone Gbagbo

 Gbagbo et simoneMain
Des accusations des gens de son propre camp risquent de compliquer la tâche à Simone Gbagbo

Dans le cadre du procès de Simone Gbagbo qui se dessine à l’horizon, un témoignage non des moindres risque de la couler.

Depuis le 1er décembre 2014, Simone Ehivet Gbagbo est à Abidjan dans le cadre des procès en assises des 82 détenus pro-Gbagbo poursuivis par la justice ivoirienne. Lesquels procès devront démarrer incessamment.

Alors que du côté des partisans de Gbagbo, on a toujours parlé d’une justice des vainqueurs, que le pouvoir ne la poursuit que par pure haine, car il n’a pas de preuves contre elle, la dernière sortie de Sam l’Africain, président de la Nouvelle Alliance pour la Côte d’Ivoire et la Patrie (NACIP), vient dire battre en brèche ces considérations.

Lors de sa récente conférence de presse, à Yopougon, Sam l’African a fait des révélations à même de constituer des éléments preuves (témoignages) pour le pouvoir, s’il en manquait, pour sceller le sort de l’ex-première Dame.

Membre du ”cercle privé” de Laurent Gbagbo, Sam l’Africain a démontré qu’il en sait beaucoup trop sur la crise post-électorale, notamment en ce qui concerne les conditions de la chute de l’ex-président ivoirien, en ce moment détenu à la Haye.

Pour marquer son mécontentement contre les responsables du Front Populaire Ivoirien (FPI) dans la guerre de leadership qui secoue l’ex-parti au pouvoir, Sam l’Africain a fait des dénonciations.

« Le 31 mars 2011, j’étais au palais présidentiel avec le ministre Alcide Djédjé (ministre des Affaires étrangères à l’époque, Ndlr). C’est lui qui a rédigé le discours du président et le lui a soumis. Le président a lu et a porté des corrections. Dans ce discours, le président voulait annoncer qu’il allait démissionner. Il s’apprêtait à dire qu’il allait renoncer au pouvoir, eu égard à la pression de la communauté internationale et à la tournure que prenait les événements et cela bien qu’il estime avoir gagné les élections. Il voulait se retirer pour aller rester à Mama. C’est alors qu’un cortège est arrivé pour l’enlever et le conduire à sa résidence à Cocody. Ils lui ont dit qu’il n’avait pas à faire cette déclaration alors qu’il n’avait pas pris attache avec la base(…) Le commandant Séka Séka a dit qu’à partir de maintenant, le président Gbagbo ne parlerait plus avec qui que ce soit et qu’à compter de maintenant tous ceux qui voudraient lui parler devaient passer par Mme Gbagbo ».

Des propos qui dénotent clairement qque c’est Simone Gbagbo qui était la maîtresse du jeu pendant cette période chaude. En son temps, elle avait été accusée d’avoir empêché son époux de céder le pouvoir à Ouattara. Elle serait donc plus responsable que Laurent Gbagbo dans les faits qui leur sont reprochés.

Réalisant la gravité des propos tenus par Sam l’Africain, comme déclaration à charge contre Simone Gbagbo et Séka Séka en détention, des pontes de l’ex-parti au pouvoir le lui ont reproché, avons-nous appris de source très proches du président de la NACIP. Selon elles, les responsables du FPI ont estimé qu’il est allé trop fort et qu’il aurait pu se passer de ses « vérités ».

César Djedje Mel

 linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Related Articles