11182017Headline:

Côte d’Ivoire: Voilà ce qui se passe réellement au Rdr le parti de Ouattara

rdr

 Fiasco et la désillusion totale du parti de Ouattara !

La voix forte de l’animateur officiel du Rdr, Diomandé alias Tassouman, n’a pas porté. Elle n’a pu convaincre les militants de sortir et répondre à l’appel de leur parti. Les militants du Rassemblement Des républicains (RDR, parti au pouvoir) se sont retrouvés, dans une ambiance de démobilisation affichée, à Bouaké (341 Km d’Abidjan, Centre-Nord, région de Gbèkè) dans le cadre de la célébration des 20 ans du parti de l’actuel Chef de l’Etat, Alassane Ouattara. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Bouaké, le Bouaké de Fanny Ibrahima, de Capitaine Touré et de tous les anonymes qui ont fait de cette ville un des bastions de ce parti, a boudé cet anniversaire. Il y avait de quoi ! Aucune information, des réunions entre des gens du bois sacrés, un manque de financement ont concouru à préparer le menu d’un fiasco dont les fondements étaient en place depuis longtemps. Les militants du parti au pouvoir sont mécontents et c’est un euphémisme. Fanny Adama, jeune cadre du Rdr de Bouaké est amer : « les militants n’ont pas adhéré aux 20 ans quand on connaît la force de mobilisation du Rdr à Bouaké » constate-t-il.

La désillusion est flagrante chez des cadres et des militants qui établissent un bilan mitigé tout en saluant les actions du développement de leur président, Alassane Ouattara.

« Vingt ans c’est beaucoup dans la vie d’un parti qui a été créé dans des difficultés impossibles surtout dans la région Baoulé du Centre. Malheureusement il y a une situation malsaine au sein du parti et nous avons peur parce que ceux qui ont combattu pour asseoir le parti sont oubliés, les anciens sont écartés et ce sont les nouveaux venus, ceux qui ont brimé les militants lors des premiers combats sont aujourd’hui à la tête et cela crée beaucoup de mécontentement » dénonce Nestor Yao N’dri, Conseiller municipal de Bouaké. Une fois de plus écarté de la liste des conseillers économiques et sociaux, cet enseignant d’anglais qui a combattu aux premières heures aux côtés de Fanny Ibrahima, est plus que révolté par l’exclusion qui le frappe. « On dit que je suis baoulé » affirme-t-il tout en disant toujours « faire confiance en Alassane Ouattara ». « C’est sur une note amère que nous fêtons, la preuve, les militants n’ont pas répondu à l’appel » fait-il remarqué dans une ambiance de chaises et de gradins vides dans un ancien stade de Bouaké qui peine à se remplir contrairement à la capacité de mobilisation que tous les observateurs reconnaissent à ce part lorsqu’il était dans l’opposition. Pour sa part, Miss Fofana Mariam se veut moins sévère face à la démobilisation qui gagne les rangs de son parti. « Vingt ans, ce n’est pas deux jours, le RDR a tellement traversé des moments difficiles et je dis que je suis heureuse de fêter les vingt ans et je demande à tous les militants de demeurer mobilisés pour accompagner le président dans sa mission » recommande-elle, moins critique envers la direction du parti au pouvoir, accusé d’avoir abandonné la base. Face à la faible mobilisation, les appels de la présidente des femmes, de la jeunesse et des enseignants du RDR ont tourné autour de « la mobilisation ». « Notre seul devoir, c’est la mobilisation » a fait savoir Dah Sansan Tikouété, le président des jeunes du parti d’Alassane Ouattara.

p201412131849339570_0

C’est la majorité des sympathisants de ce parti présidentiel qui s’est retrouvée au sein des mouvements armés de l’ex-rébellion des Forces Nouvelles qui a combattu Laurent Gbagbo avec lequel une alliance s’était établie contre le Pdci.

Pr Henriette Diabaté a invité le Rdr et le pouvoir à « l’exécution du programme annoncé aux ivoiriens qui doit se conclure par la création d’emploi pour les jeunes ».
Pas si sûr que le show avec les artistes chanteurs non présentés puissent calmer la colère des militants qui n’ont d’yeux que pour un seul homme : Dr Alassane Ouattara. Il demeure le seul ferment capable de fédérer les énergies. A part lui, l’air brassé par les uns et les autres a montré ses limites.
125 délégations arrivées de tout le pays n’ont pu favoriser le remplissage des deux tribunes de l’ancien stade de Bouaké, ex-fief de l’ex-rébellion des Forces Nouvelles dont la population se dit « oubliée ». Une bonne leçon dix mois avant les échéances de la présidentielle qui devrait bien faire comprendre que sur le terrain, le gouffre est réel. Et ce samedi 13 décembre, nul n’a pu cacher le soleil avec sa main. Echec et mat ! Carton jaune à la direction, aux cadres et comme dit sur ce fil, il faut accepter d’affronter cette réalité affligeante et se retrousser les manches pour la réélection du Président Alassane Ouattara. Lui, au moins, a un bilan, qui est loin de celui du RDR. Il ne faut pas avoir honte de l’assumer. Le gâteau d’anniversaire a eu un véritable goût amer ce weekend end !

Adam’s Régis Souaga
Lebanco.net

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment