09242017Headline:

Cote d’Ivoire Voila comment sont traités Séka Séka et Abéhi dans le secret du camp pénal de Bouaké

abehi,seka

Donnés tantôt pour morts, tantôt pour de grands malades, comment vont et sont traités les célèbres détenus Séka Séka et Abéhi au camp pénal de Bouaké? Une source carcérale aidant, nous pouvons aujourd’hui, livrer ce que l’on pourra appeler les «dernières nouvelles» de Séka Séka et Abéhi.

Camp Pénal de Bouaké, ce mercredi 3 septembre 2014. Nous voici aux greffes de ce pénitencier voué à la correction et au redressement social de grands  criminels. C’est dans cet univers  carcéral que sont detenus le commandant Jean-Noël Abehi et  Séka Séka Anselme, deux officiers pro-Gbagbo.  Centre de redressement de repris de justice par excellence, le camp pénal de Bouaké reçoit des personnalités militaires et politiques. Sur place, de nos investigations, il ressort que tous les détenus du camp pénal dorment sur des matelas et ont droit à trois repas par jour. Mieux, ils ont des menus variés contrairement à leurs camarades détenus d’ailleurs.

Pour en savoir davantage sur les conditions des détenus et surtout des deux détenus les plus célèbres de Bouaké, les commandants Jean-Noël Abéhi et Anselme  Séka Séka, nous nous sommes rendus une fois de plus sur les lieux ce mercredi 3 septembre 2014. Comme il fallait s’y attendre, nous n’apprendrons rien de conséquent de l’administration. Le régisseur des lieux oppose une fin de non recevoir à notre requête. Il nous est signifié que pour avoir accès à la prison et rendre visite à un détenu, il nous faut absolument détenir un billet de visite. Lequel billet est obtenu au tribunal d’Abidjan. Derrière le grand portail vert fermé à double tour et remontée de barbelés électrifiés, nous entendons cependant des voies humaines. Certainement des gardes pénitentiaires en train d’échanger entre eux.

De l’extérieur de la prison, sous une fine pluie, nous apercevons des détenus cultivant  un jardin potager.  Un coup d’œil rapide nous permet de voir dans ledit jardin de la salade, des aubergines, du chou, de l’haricot, de l’arachide, du manioc etc. Il est impossible d’approcher ces « jardiniers » d’un autre genre. « C’est pour leur propre consommation », nous dira un garde pénitentiaire
Profitant d’une minute d’inattention de ses supérieurs, un surveillant nous confie ce qu’il appelle des secrets. « Ce que je vais vous dire est très important, écoutez-moi bien. Savez-vous que Abéhi et Séka Séka vivent mieux ici que vous et moi ? Ecoutez, au petit déjeuner ils ont du café au lait, du fromage, des omelettes et deux gros pains.

            

Café, omelette, foutou, petit poids, ragout… 

A midi, ils ont au menu, du foutou, du riz gras, ou des petits poids ou encore de l’attiéké (semoule de manioc). Le soir, on leur sert de la salade, des petits poids ou du spaghetti. Mieux, leurs repas ne sont pas préparés  par des détenus. Ça vient de l’extérieur. Trouvez-vous çà normal pour des détenus ? Sachez qu’il y a ici au camp pénal un congélateur uniquement que pour eux. Pour qu’ils puissent avoir de la sucrerie bien glacée ainsi que de l’eau fraiche. De l’extérieur, des gens qui ne sont au courant de rien racontent autre chose. Moi je me plains parce qu’ils sont mieux traités que nous, je ne suis pas d’accord », a confié notre interlocuteur, le regard grave,  sous le sceau de l’anonymat. Vrai ou faux ?  Aucune source indépendante n’est venue confirmer ces propos. La question qui revient est de savoir qui met ainsi  «  au beure » ces détenus accusés d’atteinte à la sureté de l’Etat. Est-ce l’Etat, c’est-à-dire  le gouvernement ou alors les parents ?

Indigné, il poursuit pour dire que si Abéhi et Séka Séka sont traités de la sorte, alors ils exigent la même chose pour eux, les surveillants. Toujours sous la fine pluie, la vingtaine de prisonniers s’attellent à entretenir « le bien » commun. Un espace de plus de 5 ha. Selon des sources pénitentiaires concordantes, aucun détenu du camp pénal de Bouaké ne dort à même le sol ou sur une natte. « Ils ont tous des matelas d’une place. Quant à Abéhi et Séka Séka, ils sont dans leur différente cellule et n’ont pas le même traitement que les autres détenus. Des assertions que nous n’avons pu vérifier auprès de sources indépendantes…  Ce sont des traitements de faveur. Savez vous qu’ils se portent très bien ?  Quand  ils sont arrivés, Abéhi avait effectivement un sérieux problème de santé. Ce sont des sportifs. Le trop grand manque de sport pendant sa détention à la Dst (Direction de la surveillance du territoire),  avait fini par le rendre malade.

A leur arrivée à Bouaké, il a été conduit au Centre hospitalier et universitaire (Chu) de la ville pour y être soigné. C’est tout. Depuis, il va comme un charme. Aucun des deux ne porte la barbe » précise notre source avant de poursuivre : «Je sais que pour des raisons de publicité vous n’allez peut-être pas écrire la marque de savon que je vais vous dire.  Je vous le dirai quand même. L’ex-patron du groupement d’escadron blindé (Geb) d’Agban, le commandant Jean Noël Abéhi et Anselme Séka Yapo dit Séka Séka, ex-aide de camp de l’ex-première dame Simone Gbagbo se portent très bien et utilisent du savon de luxe pour leur toilette et une patte dentifrice pharmaceutique pour se brosser les dents. C’est ce qui est la vérité au camp pénal de Bouaké.

De grâce, que les gens arrêtent de mentir. Abéhi se porte comme un charme » soutien notre informateur qui croit savoir dur comme fer que « les photos qui circulaient ces derniers temps sur la toile et qui étaient sensées être celle du commandant Abéhi ne sont pas vraies ». Là aussi, nous n’avons pas pu établir la véracité des faits… Nous nous contentons de sa parole… « C’est du faux. Abéhi ne porte pas de barbe et sur cette photo que j’ai vue, il avait la barbe. Peut-être qu’elles ont été prises  ailleurs mais ce n’est pas au camp pénal de Bouaké. Ce n’est pas possible. Ils ont droit aux lames rasoirs. En dehors du personnel pénitencier, personne n’a accès à leur secteur. Même pas les gardes pénitentiaires sauf s’ils sont délégués pour une mission bien précise à cet endroit. Ils passent leur temps à lire la bible et à faire du sport».

 

Abéhi et Séka (…) Lire La suite sur Linfodrome

Soir info

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment