02232024Headline:

Côte d’Ivoire : Voyage en 2023…

Voyage en 2023-Dans quelques jours, la terre dans un de ses inlassables mouvements, aura achevé sa révolution ou sa translation autour du soleil, rétrospective de la Côte d’Ivoire.
Pour le commun des mortels, c’est la fin d’une année et le début d’une autre. C’est aussi l’occasion pour chacun, à quelque niveau où il se situe, d’effectuer un voyage en 2023, de faire le bilan des 365 jours et nuits passés, d’en tirer des leçons, de prendre des résolutions et de faire des projections pour l’année nouvelle.

En Côted’Ivoire, il ne serait pas superflu de s’interroger sur la réalisation d’un certain nombre de chantiers à nous promis, qui devaient nous conduire à l’émergence en 2020. Trois années plus tard et bientôt à l’entame de la quatrième année, des questions taraudent toujours l’esprit des Ivoiriens :

– Où en sommes-nous avec les logements sociaux accessible à tous les Ivoiriens à bas revenu ? On se rappelle que le chef de l’Etat avait promis des logements de cinq millions de FCFA avec des loyers de 25 000 FCFA par mois, à l’effet de permettre à de nombreux concitoyens de devenir propriétaires de leurs logements. Mais depuis lors, un silence de cimetière s’est abattu sur ce dossier et les Ivoiriens voudraient savoir à quelle étape se trouve ce noble chantier.

– Où sont les milliards promis à chaque département pour véritablement amorcer le développement ? Les départements les ont-ils perçus ? Qu’en ont-ils fait ? Une communication sur le sujet permettrait de dissiper tous les doutes.

– A quelques jours de la fin de l’année 2023, année de la jeunesse, quel bilan peut-on faire du milliard par jour octroyé aux jeunes ? Combien de projets ont été financés ? Qui sont les heureux bénéficiaires ? Pour quels résultats ?

On retiendra également que l’année 2023 mourant, fut une année difficile pour les Ivoiriens. Ils ont souffert « sous Ponce-Pilate » avec les augmentations tous azimuts du prix de toutes les denrées de premières nécessités. Du riz au carburant en passant par les cubes d’assaisonnement et autres, les Ivoiriens continuent de boire le calice jusqu’à la lie.

Mais depuis 2011, ces Ivoiriens sont devenus stoïques, insensibles à la douleur et à la souffrance. Et on a même l’impression qu’ils en tirent un douloureux plaisir. Sacré peuple !

Toutefois, on doit reconnaître que des efforts ont été faits au plan des infrastructures, surtout à Abidjan, avec de nombreux axes bitumés, des ponts et des échangeurs construits ou en construction, pour rendre fluide la circulation. Mais à ce niveau, l’objectif est loin d’être atteint. Circuler actuellement à Abidjan, est un véritable chemin de croix.

Des efforts sont également faits au niveau des grands axes routiers du pays, réhabilités ou bitumés. Toutefois, lentement mais surement, le pays est en train d’être cerné par des postes de péage qui ne manqueront pas d’avoir des incidences sur la circulation des hommes et des marchandises, relativement au coût du transport.

Dans un autre chapitre, notre pays accueille la Coupe d’Afrique des Nation (Can) 2023 qui débutera en janvier prochain. Dans l’expectative de cet événement, une polémique est née au sujet du maillot des Eléphants que doivent arborer les supporters pour aller au stade. De mise au point en mise au point, on ne sait toujours pas si les maillots vendus par nos valeureux commerçants de Treichville ou d’Adjamé seront autorisés. Dans la même foulée, la retransmission des matches dans les lieux publics, bars, maquis et autres est désormais soumise à conditions. Espérons seulement que les manifestations et les jubilations après un but marqué ne seront pas elles aussi soumises à conditions !

Au plan politique, à un an de l’élection présidentielle, les partis qui comptent sur l’échiquier politique ivoirien vivent des fortunes diverses.

Après avoir opéré comme il fallait s’y attendre, une véritable razzia aux élections municipales et régionales dernières, l’heure est désormais à l’interrogation au Rhdp. Son champion sera-t-il sur le starting-block pour un quatrième mandat ? Des appels du pied lui sont faits, mais pour l’instant c’est le silence-radio, ce qui en rajoute à l’incertitude, au doute et à l’inquiétude de nombreux militants.

Quant au Pdci-Rda, une nouvelle ère semble s’ouvrir à lui après l’élection de Tidjane Thiam à la présidence de ce parti. L’heure est désormais au rassemblement autour de ce dernier, pour aller à la reconquête du pouvoir perdu depuis 1999. Après la disparition du président Henri Konan Bédié, Tidjane Thiam cristallise toutes les espérances et tous les espoirs de nombreux militants du Pdci–Rda, de voir leur parti tenir à nouveau les manettes de la locomotive ivoire.

L’allié du Pdci-Rda, le Ppa-ci du président Laurent Gbagbo semble être dans une tourmente. Après un difficile baptême de feu aux dernières élections municipales et régionales, dont la moisson fut bien maigre, le parti est traversé par des dissensions internes qui risquent d’entraver sa marche en avant. Et bien plus, on n’a ni visibilité, ni lisibilité pour l’instant sur les projets de 2025. Attendons de voir.

Ainsi va le pays.

Mais arrive le jour où l’ivraie sera séparée du vrai.

What Next?

Recent Articles