07182024Headline:

Côte d’Ivoire: Wakili ALafé crache ses vérités contre la CNT

Les journalistes André Silver Konan et Wakili Alafé d’habitude opposés sur des sujets au cours ses débats étaient en phase lors du NCI 360 de ce dimanche 27 décembre, pendant l’émission politique animée par le présentateur Ali Diarrassouba.

Wakili Alafé, patron de L’intelligent d’Abidjan a déclaré qu’il a été opposé à Alpha Blondy quand ce dernier a demandé au chef de l’État Alassane Ouattara de signer une ordonnance d’amnistie générale pour une paix avec l’opposition, pour une réconciliation dans le pays. Pour Alafé, la culture de l’amnistie est une bombe à retardement qui fait resurgir coûte que coûte d’autres violences. Il est donc pour la punition de tous ceux qui sont fautifs, de tous ceux qui ont péché dans l’arène politique, qu’ils soient leaders politiques ou citoyen lambda exécutant et issus des divers bords politiques sans discrimination aucune.

”Ce sont les amnisties d’hier qui entraînent des violences. Je n’ai jamais été un adepte des impunités”, a-t-il lâché, plébiscité dans son propos par Assalé Tiémoko, un autre participant aux échanges tandis que André Silver Konan a dit être aussi pour la tolérance zéro face à ceux qui commenttent des violences, car pour lui, ”les frustrations non contenues emmènent souvent à la rébellion et au terrorisme. Les frustrations non contenues naissent de l’impunité et du sentiment d’injustice. Tant qu’on passera tous les crimes par perte et profit, la réconciliation sera factice.”

Le journaliste Assalé Tiémoko, également contre la promotion de l’impunité, relate ensuite qu’elle n’a jamais rien apporté de bon au pays sinon la résurgence de la violence. Pour étayer son argument, il fait un rappel d’histoire :

” Les putschistes de 99 ont été amnistiés. Mais ce sont les mêmes qui ont tenté de renverser Gbagbo. Nous sommes en train de construire un état d’amnistie qui convainc les gens qu’on peut tout se permettre, commettre des violences et être blanchis après. Il faut mettre fin à l’État d’amnistie en Côte d’Ivoire !”

Concernant les blocus aux domiciles de certains leaders de l’opposition ainsi que l’arrestation d’un nombre d’entre eux, Wakili Alafé a estimé qu’il a fallu cela pour instaurer la paix, le retour à la normal, et qu’il est fondamental que l’État déploie les moyens forts pour la sécurité sociale :

“C’est les moyens forts dégagés par l’État qui nous donne la paix. Parce qu’on a arrêté des leaders du CNT qui incitaient à l’insurrection, c’est parce qu’ils ont été eux-mêmes menacés qu’on a la paix, même précaire. Mais s’ils n’étaient pas en danger, l’insurrection et la destabilisation allait continuer”, a-t-il argumenté en s’exprimant avec verve.

Operanews

What Next?

Recent Articles