11242017Headline:

Côte-d’Ivoire: Zambakro, Man, Bondoukou, Bouaké…de nouveaux tirs signalés, vers un désarmement forcé des mutins ?

Les habitants de plusieurs localités en Côte-d’Ivoire ont été tirés de leurs lits ce mardi matin par les crépitements d’armes à feu des mutins, alors que l’on croyait les militaires rentrés dans les casernes suite à «l’accord» trouvé avec le gouvernement.

C’est d’abord au camp commando d’Abobo que de longues rafales ont été entendues dans la nuit de lundi à mardi entre 2 et 3 heures du matin.

Les tirs dans le vide des mutins semblent avoir contaminés plusieurs autres localités du pays dont Man, Bouaké, Daloa, Bondoukou ou encore Odienné. Ce regain de tension va avec l’annonce des paiements effectifs des «primes pour mutinerie» depuis ce début de semaine.

Les gendarmes auraient pris la relève des militaires mutins, réclamant leur part du gâteau. «Faux, ce sont les mêmes qui agissent. Tantôt ils sont gendarmes, tantôt ils laissent l’initiative aux militaires», précise une source depuis Abidjan.

Des sources militaires contactées par ce site évoquent l’éventualité d’Opérations de désarmements des mutins par la force. «Ca suffit maintenant, la recréation est terminée! Les soldats qui ne veulent pas respecter l’accord trouvé et leur hiérachie, vont être désarmés de force. On attend le feu vert du chef de l’Etat, ministre de la Défense. Nous, nous sommes prêts pour régler cette mutinerie politique une fois pour de bon. Comment après chaque accord, ils reviennent encore tirer ? Ce petit jeu de chantage doit prendre fin», nous a répondu un officier supérieur en service au camp Gallieni, siège de l’Etat-major des Armées, situé à Abidjan.

La journée de lundi fut tendue dans les écoles privées et publiques du pays suite à la grève déclenchée par les syndicats des fonctionnaires.

Connectionivoirienne

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment