10192017Headline:

Côte d’Ivoire:Affaire Soro, Lobognon réplique: «Affi doit aussi démissionner à la tête de son faux FPI»

lobougnon
Au cours d’une conférence de presse tenue mercredi à Abidjan le président de l’autre branche du Front Populaire Ivoirien (FPI), Pascal Affi N’Guessan invitaitGuillaume Soro à démissionner de son poste de président de l’Assemblée nationale, suite à l’affaire des écoutes téléphoniques attribuées à lui et Djibril Bassolé.

La réaction ne s’est fait attendre du côté des proches de l’ex chef rebelle. Et c’est l’ancien ministre des sports,Alain Lobognon qui a décidé d’apporter la réplique via réseau sociaux au candidat malheureux de la présidentielle d’octobre dernier.

Il invite dans un message dont KOACI s’est procuré copie , Affi N’Guessan à démissionner de la tête du mouvement qu’il qualifie d’ailleurs de faux et que ce dernier devrait désormais comprendre qu’il ne fait aucun poids sur l’échiquier politique et ne serait également pas exempt de tout reproche dans les crimes commis sous le régime de la refondation .

« Affi N’Guessan devrait retirer les sabres qui obstruent sa vision politique et non en enlever le poil dans l’œil de Soro Guillaume », a-t- indiqué d’entrée avant de poursuivre.

« Il doit démissionner de la tête de son faux FPI et se mettre à la disposition de la justice pour complicité et non de témoin », ajoute le porte-parole de l’ex rébellion avant de conclure.
«
Affi ne doit pas donner l’impression de courir derrière un statut officiel qui légitimerait sa forfaiture à la tête du FPI. Il doit accepter qu’il est fini et qu’il n’a plus voix au chapitre. Il est fini parce qu’il pèse moins de 5% du corps électoral. Il ne mérite pas de disposer d’un temps d’antenne à la RTI pour contredire le bon sens. Il ne doit plus parler, ni au nom du peuple, ni au nom d’un FPI qui vaut plus que le petit score de son rêve de diriger notre pays.»

Pascal Affi N’Guessan a annoncé rencontrer le chef de l’Etat, Alassane Ouattara pour discuter de la démission du chef du parlement, car selon lui les accusations portées contre lui par le premier Burkinabé Isaac Zida, déshonoraient le pays.

Pour rappel,Guillaume Soro  a promis se prononcer vendredi lors de la session de clôture du parlement sur l’affaire des écoutes téléphoniques et la question du mandat d’amener.

Donatien Kautcha, Abidjan

koaci

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment