09202017Headline:

Côte-d’Ivoire/Après l’annonce du remaniement: Les comptes des ministères bloqués/voici ce qui se passe dans les cabinets

 

ministre

Le premier conseil des ministres de l’année 2016 est annoncé pour le mercredi 6 janvier 2016 et devrait accueillir de nouveaux ministres pour un nouveau gouvernement. Mais avant, dans les cabinets ministériels, on vit la situation différemment.

Cité administrative, au Plateau, la commune des affaires, mardi 29 décembre 2015. Ce n’est pas la grande affluence des jours ordinaires dans la grande cour de la cité. Mais les uns et les autres se bougent pour, soit se faire délivrer une pièce comme c’est le cas au bas de la tour c qui abrite le ministère des Transports, soit pour régler une affaire importante. 15H05 ce mardi, deuxième jour de la dernière semaine de l’an 2015, la tête n’est pas trop au travail mais plutôt à la fête. Néanmoins, il faut finaliser les bilans de fin d’année. Parlant du remaniement, comme l’a annoncé le chef de l’État, lui-même, en conseil des ministres en date du 23 décembre 2015 (le dernier de l’année), certaines sources interrogées restent prudentes. Pas question de s’aventurer dans des commentaires ou autres actes qui puissent desservir un ministre. D’un autre côté, on s’arrange pour montrer qu’on travaille ou qu’on est en train de bien travailler pour attirer l’attention du président de la République, Alassane Ouattara, sur la qualité du travail ou les sacrifices qu’on fait, même en cette période délicate des fêtes où les membres du gouvernement sont fortement sollicités par leurs familles et lorgnés par leurs collaborateurs qui attendent à la maison ou dans les différents cabinets des gestes salvateurs des ministres, ces hauts cadres de la République. D’ailleurs, une source crédible dans un ministère nous informe qu’une décision préventive aurait été prise pour empêcher des personnes de partir avec les deniers publics avant le remaniement annoncé. « Il paraît même que le président de la République a fait sceller les comptes des ministères pour éviter les fuites de fonds », révèle notre interlocuteur. Une information que nous n’avons pas pu vérifier.

« Nous vous annonçons le report de la conférence de presse initialement prévu ce jour (lundi 28 novembre 2015) à 10h. (Il) est reportée à une date ultérieure. Toutes nos excuses pour le désagrément », peut-on lire dans un Short message service (Sms) envoyé aux journalistes le lundi 28 décembre 2015. Ceux-ci avaient pourtant été invités à couvrir cette conférence de presse qui devrait être organisée « dans le cadre de la promotion du système sanitaire ivoirien ». Il aurait été question de « présenter les dispositions pratiques prises dans les structures de santé publique pour les fêtes de fin d’année suivi de la remise de prix d’Excellenceaux meilleurs agents et structures de santé publiques 2015 ». Cette rencontre avec la presse devait se tenir au 16ème étage de la Tour C, au Plateau. Mais un changement subit de calendrier de la ministre de la Santé et de la lutte contre le sida, Raymonde Coffie Goudou, est intervenue. L’heure étant au travail, surtout quand on pressé par une telle annonce du chef de l’exécutif. L’argument avancé est imparable : l’inauguration d’une infrastructure sanitaire dans le nord du pays. Un solide argument pour montrer qu’on travaille bien. Selon une source au ministère de la Santé et de la lutte contre le sida, « un vent de panique souffle ». « Nous sommes optimistes, d’autres sont pessimistes. Les administrateurs affectés par l’État sont plus sereins mais les autres qui ont été recrutés soit au cabinet, soit ailleurs, le sont moins. D’autres disent qu’ils songent déjà à s’intéresser à leurs affaires personnelles », confie une source proche de ce ministère.

Mardi 22 décembre 2015, à la gare routière d’Adjamé, les usagers sont presque surpris de voir le ministre des Transports débarquer à une cérémonie organisée par l’Office de sécurité routière (Oser). Une petite cérémonie de sensibilisation sur le risque d’accidents sur les routes en cette période des fêtes de fin d’année. D’ailleurs, Gaoussou Touré en a profité pour présenter sa politique pour l’année à venir.

15h23, la cité administrative se vide progressivement. Mais un ballet inhabituel s’offre à nous. Dosso Moussa, le ministre d’État, ministre de l’Emploi, des affaires sociales et de la formation professionnelle, descend de son véhicule de commandement. Il affiche le sourire comme d’habitude, mais aussi, il arbore le nœud papillon de tous les jours. Vêtu d’un costume sombre, il entre dans la tour C, par le flanc. Il est suivi trois minutes plus tard par le jeune ministre auprès du président de la République chargé de la promotion de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, Sidi Touré. Il est accompagné par ses gardes du corps et autres membres du protocole. Ses accompagnateurs tiennent des portes-documents volumineux. Ils empruntent le même passage que Dosso Moussa. Un vigile nous apprend alors que « c’est une réunion au 10ème étage entre les ministres ».

Ces noms qui circulent

Selon certaines indiscrétions, cette affaire de remaniement ministériel a coupé le souffle à de nombreux ministres. Et pour cause, la mauvaise gestion de certaines affaires jugées délicates comme par exemple l’affaire Guillaume Soro contre la juge française Sabine Kheris, en France, ou encore l’épineuse question de l’emploi des jeunes, ou encore, les femmes mortes en couches. Pour ne citer que ces cas là. Quand on pose la question au ministère d’État, ministère des Affaires étrangères, la réponse est plutôt mesurée. « Les gens racontent beaucoup de choses. On attend de voir », nous confie une source au sein du ministère dirigé par Charles Koffi Diby. Le sujet suscite juste des sourires dans certains départements, mais aussi des crispations dans d’autres couloirs. Chacun pensant certainement à ce qu’il deviendra après la publication de la liste des membres du nouveau gouvernement qui devrait être connu le mercredi 6 janvier 2015. Le mercredi 30 décembre 2015, le conseil des ministres hebdomadaire ne s’est pas tenu, une bonne nouvelle pour les ministres et autres membres clés des cabinets. Ce sont de petites vacances avant le grand adieu. On apprenait, ce mercredi, que Albert Toikeusse Mabri, le ministre d’État, ministre du Plan et du développement, s’était retranché dans sa région à l’ouest. Tout comme Anne-Désirée Ouloto, ministre de la Solidarité, de la famille, de la femme et de l’enfant. « Chez nous, c’est encore plus délicat, car le ministre a en charge plusieurs dossiers importants comme l’emploi, la réforme de la formation professionnelle, le nouveau code du travail, la couverture maladie universelle, le travail des enfants, la promotion des personnes handicapées… Et le bilan, tout le monde le sait donc », s’inquiète une source bien introduite au ministère de l’Emploi, des affaires sociales et de la formation professionnelle. Une chose est certaine, le travail n’a pas vraiment cessé dans les différents cabinets ministériels. Cependant, la sérénité a foutu le camp dans certains départements depuis l’annonce d’un remaniement de l’équipe gouvernementale par Alassane Ouattara.

Hervé KPODION

Soir Info

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment