11212017Headline:

Côte d’Ivoire:Attaque des gendarmeries/ Affaire Pickas, Kipré cités.. des «Gbagbo ou rien»dénoncent un «grossier montage du RDR»et..

Côte d’Ivoire: Affaire Pickas, Kipré… levée de bouclier des «Gbagbo ou rien» qui dénoncent un «grossier montage du RDR»

Leur réaction était attendue et elle survient trois jours après l’annonce du Conseil National de Sécurité (CNS).

En effet, par la voix de son porte-parole,Koné   Boubacar, le Front populaire ivoirien (FPI) fidèle à Laurent Gbagbo a qualifié les accusations du pouvoir contre les cadres de l’opposition de “grossier montage fabriqué par le RDR et les autorités administratives”.

A travers un communiqué transmis, le par ailleurs secrétaire Général par intérim, met en garde le RDR, parti que sa tendance qualifie de “violent et rétrograde”, “contre tout funeste projet d’arrestation des responsables du FPI, ici ou ailleurs”, comme relevé.

Pour le FPI, les hauts cadres de l’opposition que sont Damana Pickas et  Stéphane Kipré sont “d’honnêtes, paisibles et dignes fils de ce pays” à qui le parti “exprime toute sa solidarité et son affection.”

“Le FPI invite le RDR, parti minoritaire croyant prendre la Côte d’Ivoire en otage, à abandonner sans délai la culture de la violence et du mensonge qui le caractérise pour épouser les valeurs de la démocratie et de la République” rapporte  Koné Boubacar.

Le FPI note par ailleurs que la réunion du CNS et le communiqué qui en découle se situent dans un contexte d’insécurité généralisée. Pour le parti de Laurent Gbagbo, “celle-ci est marquée par des révoltes d’ex-rebelles démobilisés, des mutineries des ex-combattants des Forces Armées des Forces Nouvelles (FAFN)) intégrés dans l’armée nationale de Côte d’Ivoire pour exiger l’exécution des engagements financiers pris par Monsieur Alassane Dramane OUATTARA à leur endroit en vue de sa guerre de conquête du pouvoir d’Etat.” comme relevé.

Il note également que c’est dans un contexte qu’il qualifie “de révolte, de mutineries, de frustration et d’esprit de corps mis à mal, que sont survenues les multiples attaques de postes de police, de gendarmerie, les braquages des coupeurs de routes et les agressions récurrentes des «microbes» contre la population civile et contre les policiers qu’ils égorgent impunément.”

Enfin les “Gbagbo ou rien” font remarquer que “c’est surtout la perspective de la très prochaine libération du Président Laurent GBAGBO qui panique le RDR et trouble le sommeil de ses dirigeants.”

Jeudi, le CNS présidé par Alassane Ouattara a accusé Damana Pickass (en exil au Ghana),Stéphane Kipré   (en exil),  Henri Lobognon (Recherché) et le Lieutenant Emmanuel Pehe (Recherché) d’instrumentaliser et d’armer certains militaires démobilisés et militaires restés loyaux pour des projets d’attaques et de déstabilisation du pays.

Amy Touré, Abidjan

koaci

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment