05282017Headline:

Côte d’Ivoire:Conseil des ministres-Ce que Ouattara veut faire avec l’opposition, mais à une condition..

Amhed Bakoyoko et CNC

Le président Alassane Ouattara a affirmé aujourd’hui lors du conseil des ministres qu’il n’ouvrira pas de discussions “sous la menace’’ de son opposition qui exige depuis des mois de le rencontrer pour renégocier les conditions d’organisation de la présidentielle d’octobre. Révélant ainsi sa volonté de dialoguer, le chef de l’Etat n’a pas manqué de préciser sa position. De ce fait, voilà les conditions qu’il impose pour rendre possible le dialogue.

“Rien ne se fera sous la menace mais nous sommes ouverts au dialogue et nous voulons que nos concitoyens soient rassurés. Ceci veut dire que la chienlit ne sera pas tolérée’’, a déclaré M. Ouattara, dans un discours, à l’ouverture d’une réunion du conseil des ministres, marquant la reprise des activités du gouvernement après un peu plus de trois semaines de congés.

L’opposition ivoirienne réunie au sein de la Coalition nationale pour le changement (CNC) a prévenu lundi que l’élection présidentielle n’aura pas lieu tant que ses revendications concernant l’organisation du scrutin ne seraient pas prises en compte par le gouvernement.

“L’élection ne pourra se tenir que si les préoccupations de l’opposition ne continuent pas d’être écartées avec arrogance, dédain et mépris par les tenants du pouvoir actuel’’, avait déclaré Jean-Jacques Bechio, porte-parole de la CNC, lors d’une conférence de presse que nous vous relations ce mercredi sur imatin

Face aux journalistes et entouré de quelques cadres de la coalition, il a indiqué quelques unes de revendications : “la mise en place d’une commission électorale équilibrée et réellement indépendante, l’adoption d’un code électoral consensuel, l’établissement d’une liste électorale consensuelle et acceptée de tous, la liberté d’opinion et d’expression, l’accès de tous les partis aux médias d’Etat, le désarmement effectif de toutes les milices’’.

Pour débattre de ces questions, se résumant essentiellement à “la mise en place d’une commission électorale équilibrée, l’adoption d’un code électoral consensuel, l’établissement d’une liste électorale consensuelle, la liberté d’opinion, l’accès de tous les partis aux médias d’Etat, la sécurité du scrutin’’, le porte-parole de la CNC a révélé que la coalition avait adressé des correspondances au chef de l’Etat pour obtenir un rendez-vous.

“A ce jour la CNC n’a enregistré que le silence et le mépris des autorités qui n’ont pas daigné accorder la moindre considération à sa requête’’, avait affirmé Béchio.

A cette affirmation ,Alassane Ouattara a clairement répliqué qu’il n’en était totalement pas le cas.

” Faux ! rétorque M. Ouattara qui dit n’avoir rien reçu. Nous n’avons pas reçu de lettres annoncées par la CNC qui en réalité n’est pas un parti politique’”, a-t-il répondu avant d’instruire le ministre d’Etat en charge du dialogue politique, Jeannot Kouadio Ahoussou “de voir dans quel mesure il peut recevoir à nouveau les partis de l’opposition s’ils le souhaitent’’.

Cette partie du conseil des ministres à éveiller des tensions lors de son abord.

Nous vous proposons ci-dessous l’intégralité des propos du chef de l’Etat Alassane Ouattara  lors du conseil des ministres de ce jour:

« Nous sommes ouverts au dialogue, et nous avons un cadre de concertation dans ce sens »

(…) Le ministre Ahoussou Jeannot se chargera de recevoir l’opposition dans son ensemble si elle le désire. J’ai suivi la demande de certains pour entrer en dialogue avec nous. Nous n’avons pas reçu de lettre annoncées par la Cnc qui en réalité n’est pas un parti politique. Nous avons un cadre de concertation avec l’opposition et nous demandons au ministre d’État en charge du dialogue politique de voir dans quellr mesure, il peut recevoir à nouveau les partis d’opposition.
Rien ne se fera sous la menace, et la chienlit ne sera tolérée.

Nous sommes dans la dernière ligne droite avant les élections présidentielles du 25 Octobre 2015. Dans ce laps de temps, l’activité gouvernementale devra se poursuivre. Nous devons continuer nos efforts pour l’amélioration des conditions de vie de nos concitoyens et le développement économique de notre pays. Monsieur le Premier Ministre, je vous demande par conséquent de veiller à ce que les prochains Conseils des Ministres soient consacrés exclusivement aux questions les plus urgentes. Les textes relatifs à tous ces dossiers devront être présentés lors des Conseils des Ministres du mois de Septembre et même celui de début Octobre. J’ai indiqué que les missions à l’extérieur seront exceptionnelles mais certaines devront être accomplies.

Mesdames et Messieurs les Ministres, vous êtes les mieux placés pour présenter le bilan de notre action et pour expliquer aux populations ce que nous avons accompli en leur faveur durant ces quatre dernières années. La campagne ne devra pas cependant empêcher la poursuite du travail dans vos départements ministériels respectifs. (…).

Thaëïl’D.

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment