11182017Headline:

Côte d’Ivoire:Graves accusations contre Affi, Tiburce Koffi crache du feu, les Éléphants attendus de pied ferme

civ elephant

Tiburce Koffi dégaine encore

Farouche opposant à l’appel de Daoukro, l’écrivain Tiburce Koffi a fait une nouvelle sortie sur la radio française, RFI. Cette nouvelle intervention de l’homme de lettre occupe une grande place à la Une des journaux ivoiriens ce matin. L’Inter qui s’intéresse aux propos du proche de Konan Banny écrit en manchette : « Présidentielle 2015/ Tiburce Koffi : ”voici ceux qui peuvent affronter Ouattara”. Selon l’intellectuel, « Le Rdr sans Ouattara ne représente rien, le Fpi sans Laurent Gbagbo ne représente rien. Le Pdci sans Bédié, encore comme ils ont eu au moins un demi-siècle d’existence, ils ont eu de grands cadres comme Essy Amara, comme Noël Akossi Benjo, comme Paul Akoto Yao, comme Charles Konan Banny, autant de grandes figures qui peuvent quand même incarner un combat. Et puis ils bénéficient encore de l’aura d’Houphouët Boigny. Vous comprenez, ce sont eux qui peuvent. A part eux, je ne sais pas qui peut affronter monsieur Ouattara ».

De son côté, L’Expression choisit d’analyser et commenter cette autre sortie de Tiburce Koffi. « Voici les faits qui trahissent Tiburce Koffi », titre le journal. A en croire le quotidien, « son interview est un condensé de contradictions sur lesquelles il convient de s’arrêter ». Le journal, proche du parti d’Alassane Ouattara commente également l’éloge de Tiburce Koffi au bilan d’Alassane Ouattara. « l’invité de Christophe Boisbouvier a reconnu que le chef de l’Etat travaille bien au même titre qu’Houphouet-Boigny. Si donc Ouattara travaille bien, pourquoi vouloir coûte que coûte le dégager ? », s’interroge L’Expression.

Graves accusations contre Affi

La crise au sein du Front populaire ivoirien (FPI) se poursuit avec son lot quotidien de révélations. Aujourd’hui, le quotidien Le Temps, proche de Laurent Gbagbo croit savoir l’identité de celui qui guiderait les actions d’Affi N’Guessan. « FPI : voici l’homme qui manipule Affi », barre le journal à sa Une. A en croire le journal, cet homme n’est autre que l’ancien ministre Alcide Djédjé. Le quotidien en veut pour preuve, entre autres, la levée des sanctions onusiennes contre le diplomate qui use de ses réseaux pour faire ”tourner la page Gbagbo”. « Alcide Djédjé qui a toujours eu accès à ses comptes pendant qu’il était en prison à Boundiali, qui n’a jamais rompu avec Blaise Compaoré, avait commencé à s’impatienter quand la promesse de le faire sortir de prison a duré un an de plus que prévu », fait savoir le quotidien.

De complot, Notre Voie en parle également. Proche d’Affi N’Guessan, le journal désigne, evidemment, son coupable au sein du camp Gbagbo. « Crise au FPI : ce que Douati préparait », titre le journal. « La crise qui secoue actuellement le FPI n’est rien d’autre qu’une bataille de positionnement qui n’a rien à voir avec un attachement au président Laurent Gbagbo. La vérité, c’est que le poste de président du FPI est convoité par d’autres cadres du FPI. Au nombres desquels, l’ex-ministre Alphonse Douati », relate le quotidien qui publie en fac-similé un plan d’action élaboré par M. Douati afin de parvenir à ses fins.

Menace sécuritaire

La situation sécuritaire n’est pas des plus reluisantes, à en croire certains journaux. Soir Info informe d’un « Affrontement entre la police et des hommes » à Divo qui a fait « 4 morts ». C’est le village ”Blé” qui a été le théâtre de cet affrontement. Selon le journal, des évadés de prison semant la terreur dans cette localité, ont reçu la visite des forces de l’ordre. Ces derniers les ont pris à leur propre piège et ont abattu quatre des cinq criminels.

Dans L’inter, c’est un ex-combattant qui donne des avertissements. À la Une du journal, on lit : « Situation socio-politique / un ex-combattant prévient : ”on veut nous pousser à la révolte” ». Ce dernier qui se nomme Binaté Moussa dit avoir participé à tous les combats qui ont précédé l’avènement de Ouattara au pouvoir. Il en a gros sur le cœur parce qu’ayant perdu tous ses biens au sein de la caserne à cause des problèmes entre lui et sa hiérarchie. Parlant de ces hiérarques, il livrera que « les ennemis du Président Ouattara ne sont pas seulement les refondateurs ; ils veulent pousser les ex-combattants à reprendre les armes contre le pouvoir vu la situation qu’on leur impose ».

Qu’à cela ne tienne ! Le Patriote titre à la Une, au sujet des attaques de Grabo et manœuvres subversives, que « le chien aboie, la caravane passe. Pourquoi Ouattara avance malgré tout ». « Inexorablement, la Côte d’Ivoire avance. En dépit des manœuvres subversives et autres actes de sabotage, le gouvernement ivoirien sous l’impulsion du président Alassane Ouattara porte le pays d’Houphouët Boigny vers des lendemains meilleurs. En l’espace de trois ans, la côte d’voire a connu un bond exponentiel vers le développement et la prospérité », écrit-il.

CAN 2015

Les Éléphants de Côte d’Ivoire rentrent en compétition, ce soir, dans le cadre de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2015. « Les Éléphants commencent aujourd’hui », fait savoir Le Patriote. Selon le journal, le sélectionneur ivoirien, Hervé Renard vise la première place. « Quand on est qualifié pour la phase finale de la Coupe d’Afrique, on a envie d’aller le plus loin possible, réussir la plus grande performance qu’il puisse y avoir. C’est de remporter le titre suprême », a-t-il dit.

Dans Soir Info, le capitaine des Éléphants, Yaya Touré affirme également que « nous voulons aller le plus loin possible ». « Nous savons que nous ne sommes pas parmi les favoris, mais nous voulons aller le plus loin possible », a-t-il déclaré.

Fraternité Matin titre au sujet du match: « Éléphants-Sily, cet après-midi : duel de pachydermes ». Il écrit « la sélection nationale entre en lice, aujourd’hui, face à la Guinée, au stade de Malabo. Un virage important que le sélectionneur Hervé Renard est ses pachydermes entendent bien négocier ». Pour les Guinéens, c’est un challenge, fait savoir le journal. Car, ils voudront « briser le mythe ivoirien ». Il rappelle que la Côte d’Ivoire avait étrillé la Guinée (5-0), en quart de finales de la CAN 2008, au Ghana. Kamil Zayatte, défenseur guinéen, qui a essuyé cette défaite avec ses coéquipiers, se vide. :« on en parle tout le temps, surtout depuis le tirage au sort. En plus, on a des amis ivoiriens qui en repartent. Ils veulent nous remettre la même correction. Mais je pense que qu’on a des acquis de l’expérience. C’est la troisième CAN pour ma génération de joueurs. On n’a pas du tout envie de reprendre cinq buts ».

linfodrome

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment