03242017Headline:

Côte d’Ivoire:Guerre de succession: des proches de Soro crient l’ingratitude et craingnent pour sa vie

soro,hamed

Guerre de succession: Ce que redoutent des proches de Soro

Ils craignent le pire. Vu l’allure que prend la guerre de succession que se livrent Guillaume Soro et des acteurs politiques issus de sa famille politique, des proches du président de l’Assemblée nationale disent craindre pour sa vie.

« Avec ce qui se passe, on a peur qu’il lui arrive quelque chose », confient des partisans du deuxième personnage de l’État. Ils se disent, en effet, inquiets de voir la flambée verbale observée ces jours-ci, déboucher sur une atmosphère d’animosité, qui pourrait être préjudiciable à leur champion.

De fait, les piques que se lancent, depuis quelque temps, Guillaume Soro et Hamed Bakayoko, par cérémonies interposées, leur font craindre que cette guerre de positionnement ne vire en une farouche hostilité aux contours imprévisibles. Selon eux, il ne fait l’ombre d’aucun doute que le chef du parlement dérange les calculs de ceux qui croyaient s’installer facilement dans le fauteuil présidentiel dans la perspective de l’après Ouattara.

Ne se faisant guère de doute sur les ambitions présidentielles de Soro, ses concurrents ont décidé de le combattre, avec pour finalité de l’écarter de la course au palais présidentiel. D’où cette joute oratoire à laquelle l’on assiste depuis peu, entre deux têtes fortes du parti au pouvoir, à savoir le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et de la sécurité et le président de l’Assemblée nationale.

A en croire des admirateurs et « suiveurs » (au sens facebook du terme) de ce dernier, il est mal récompensé par sa famille politique, après s’être battu pour que ce parti accède au pouvoir. D’aucuns n’ont pas hésité à parler d’ingratitude et de devoir de reconnaissance à l’égard de Soro. Pour certains partisans de l’ex-leader de la rébellion, l’élaboration d’une nouvelle constitution s’inscrit dans le complot visant à « liquider » politiquement celui-ci. Car, soutiennent-ils, le poste de vice-président qui est en vue, ne vise qu’à mettre sous l’éteignoir leur champion, au profit d’un de ses concurrents, à qui l’on veut ainsi ouvrir un boulevard pour accéder au palais présidentiel. Ce que dénonce vertement un des zélateurs bien connu de Soro. « Aucune disposition de la nouvelle mouture constitutionnelle en élaboration, ne permettra l’accès arbitraire de qui que ce soit aux fonctions suprêmes de l’État : la voix du peuple, en démocratie, est la voie de Dieu. Il n’y aura pas de vice-président de la République par nomination décrétale en Côte d’Ivoire, contrairement à ce que certains opportunistes anti-démocrates espéraient », charge-t-il, dans une tribune publiée sur le site officiel de Guillaume Soro. Et d’ajouter : « Ce sont donc les prochaines élections présidentielles qui détermineront l’identité du président et du vice-président de la République, selon les clauses fermes de la Constitution en élaboration ». Voilà qui annonce une rude bataille au moment de l’adoption du projet de loi, relatif à la nouvelle Constitution.

Assane NIADA

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment