03282017Headline:

Côte d’Ivoire:Le limogeage de Lobognon continue de livrer des secrets-La dernière carte jouée par Soro..

lobognon

Réaménagement technique du Gouvernement: Le limogeage de Lobognon livre des secrets

Le rapport qui l’a coulé

Le limogeage de l’ex-ministre de la Promotion de la jeunesse, des sports et loisirs, Alain Michel Lobognon, livre des secrets.

La Lettre du continent (Lc), dans sa parution n°706 du 20 mai 2015, croit en savoir davantage sur cette affaire, qui a alimenté la chronique ivoirienne pendant plusieurs semaines. Ce bimensuel révèle en effet que la sortie de M. Lobognon du gouvernement, résulte d’un rapport rédigé par le ministre d’État, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Hamed Bakayoko, qui confirme un détournement de 850 millions de F Cfa destinés aux primes que devaient percevoir les joueurs de l’équipe nationale de football pour leur performance lors de la dernière Coupe d’Afrique des Nations (Can).

De manière précise, indique le bimensuel, l’ex-ministre aurait puisé 180 millions F Cfa en dehors du budget mis à la disposition de la Fédération ivoirienne de football (Fif). «Une enveloppe qui aurait notamment permis de financer le séjour d’officiels ivoiriens, parlementaires et autres hommes politiques à Malabo», poursuit la Lc. Ce serait sur la base des résultats de ce rapport que le président Alassane Ouattara a tranché la tête de son collaborateur.

Mais, cela ne se serait pas fait systématiquement. Le journal note une tentative de dissuasion du chef de l’État, menée par son dauphin constitutionnel, Guillaume Soro. En clair, celui-ci aurait tenté de stopper le limogeage de l’ex-ministre des sports, mais en vain. Sinon, soutient le bimensuel, le député-maire de Fresco serait parti depuis le 6, et non le 13 mai, date effective de son limogeage.

La Lc fait une autre révélation sur la bataille pour la succession du ministre Lobognon. Hamed Bakayoko, l’auteur du rapport qui a coulé son collègue, aurait lui-aussi manœuvré pour positionner son directeur de cabinet, Bamba Cheik Daniel, mais sans succès. Alassane Ouattara l’a dribblé, positionnant un protégé de son aîné, le leader du Pdci, Henri Konan Bédié. François Albert Amichia, maire de Treichville, a ainsi été nommé ministre des Sports, quand la Promotion de la Jeunesse est confiée à Sidi Touré, chef de cabinet du président Ouattara.

Hamed Bakayoko marque un point contre Soro

L’éviction d’Alain Michel Lobognon du gouvernement remet au goût du jour la bataille larvée entre le ministre d’État, ministre de l’Intérieur et de la sécurité, Hamed Bakayoko, et le président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro. Le premier vient de marquer un point contre le second. En effet, l’ex-ministre des Sports et le ministre d’État, ministre de l’Emploi et des Affaires sociales, Dosso Moussa, constituent les derniers représentants de l’ex-rébellion au sein du gouvernement. Alain Lobognon évincé, il ne reste plus que le ministre Dosso.

Dans le camp Soro, on interprète cette situation comme une manœuvre d’Hamed Bakayoko pour les affaiblir. Nos sources confirment effectivement un contact entre le président Ouattara et Soro sur la question Lobognon, avant le limogeage. Quelque peu convaincu par les arguments avancés par le président de l’Assemblée nationale, le chef de l’État aurait demandé au Premier ministre Daniel Kablan Duncan, de retour en Côte d’Ivoire après une mission, de surseoir à la mesure du limogeage. Alain Lobognon venait ainsi d’être sauvé. Mais, pour quelques jours puisqu’il est appelé après, par le chef de l’État qui lui demande de se mettre en rapport avec Duncan. Qu’est ce qui a bien pu se passer entre le 6 et le 13 mai pour qu’Alassane Ouattara revienne sur sa décision? L’avenir nous le dira. Toujours est-il que dans le camp Soro, on crie à la trahison et au complot.

On accuse le ministre de l’Intérieur, et même l’entourage du président Ouattara, d’avoir manœuvré depuis toujours pour obtenir la tête de Lobognon. Des proches de Soro rappellent les actes humiliants d’Hamed Bakayoko contre son collègue des Sports, quelques mois plus tôt. Le dernier en date, c’est le limogeage du directeur général de Office national des Sports par le ministre Lobognon. Le lendemain, il a été réinstallé par le ministre de la Sécurité, qui assurait l’intérim du Premier ministre. «Alain Lobognon n’a jamais eu les coudées franches à la tête de son ministère depuis sa nomination en 2012. Ainsi, il n’a pas pu promouvoir ses collaborateurs, Hamed Bakayoko gardant le contrôle des nominations au sein du ministère», révèle d’ailleurs la Lettre du continent.

Côté Fédération ivoirienne de football (Fif), le bimensuel indique que le ministre Lobognon a plusieurs fois relevé les dérapages budgétaires de cette entité, dirigée par Sidy Diallo. Quant au gouvernement, il indique que ce limogeage est justifié. «Le chef de l’Etat a pris sa décision sur la base de choses concrètes qu’il a reçues. Il s’agit ici de prôner, et surtout, d’appliquer la bonne gouvernance», déclarait, le mercredi 13 mai dernier au Palais présidentiel, à l’issue d’un conseil des ministres, son porte-parole, Koné Bruno Nabagné.

Malgré tout, Alain Lobognon ne s’avoue pas vaincu. La Lc indique qu’il a porté plainte, via son avocat Lassiney Kathann Camara, pour clarifier les raisons de son éviction du gouvernement.

Y.DOUMBIA

L”INTER

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment