05232017Headline:

Côte-d’Ivoire/Soro” homme de mission”,commence à faire sortir des secrets/ ce qu’il dit

soro3

Face au lynchage contre lui, Soro lance petit à petit ses flèches: «J’ai été témoin de scènes tragiques de défilés nocturnes et diurnes aussi insolites qu’inattendus chez le Président Laurent Gbagbo»

Depuis la réélection de Ouattara en octobre 2015, sa succession est devenue le principal débat au sein des cadres du Rassemblement des Républicains (RDR).
C’est d’abord le ministre Mamadou Sangafowa qui indiquait lors d’une sortie que, le RHDP avait une dette de reconnaissance envers Guillaume Soro. Avant que, Adama Bictogo ne réplique pour préciser, que seuls Ouattara et Bédié méritaient cette reconnaissance.
Le président de l’Assemblée nationale lors d’une rencontre à Bouaké en début de semaine avec les différentes structures socioprofessionnelles, les Chefs traditionnels, les guides religieux et les opérateurs économiques, s’est prononcé sur ce sujet.
Pour ce dernier, l’heure n’est pas à la bataille pour la succession de l’actuel chef d’Etat, mais plutôt à faire bloc autour afin qu’il réussisse son second mandat.
L’ancien chef rebelle, a révélé aussi que le seul homme resté loyal au numéro un du pays, est l’actuel secrétaire de la présidence Amadou Gon. A l’en croire toujours des proches de Ouattara faisant la grue nuitamment au domicile de Laurent Gbagbo.
« Je voudrais, avec insistance et avec énergie en appeler à l’apaisement et au retour de la sérénité dans nos rangs, face à toutes les polémiques que je vois monter de toutes parts et qui seront à terme dommageables. Il faut cesser les querelles, quitter les détails qui appellent le diable, pour consolider l’essentiel, c’est-à-dire le soutien au Président de la République afin qu’il achève l’œuvre qu’il a entamée pour le peuple ivoirien », a –t-il indiqué avant d’ajouter.

« Je le répèterai toujours, je suis un homme de mission, et non pas un homme de démission ; encore moins, un adepte de polémiques inutiles et stériles. C’est pour cela que je soutiens que, ce dont le Président Ouattara a besoin, en ces temps délicats, c’est d’un bloc, d’une équipe soudée, d’un collectif. Les destins individuels ne m’intéressent pas. Personne ne nous fera donc de leçons sur la reconnaissance, la gratitude et la loyauté. L’histoire de notre pays est écrite et il faut savoir gré aux ivoiriens de la connaître à la perfection. La reconnaissance, la gratitude et la loyauté sont des valeurs issues du même moule. Ceux qui sont reconnaissants sont remplis de gratitude. Et ceux qui sont remplis de gratitude sont toujours loyaux», et révéler.
« J’ai été témoin de scènes tragiques pour le genre humain, informé dans ma position, de défilés nocturnes et diurnes, aussi insolites qu’inattendus chez le Président Laurent Gbagbo. Amadou Gon est resté loyal et a fait corps et âme avec le Président Ouattara, partageant les moments d’espoirs et de doutes. C’est exactement cette attitude que j’ai essayé d’adopter vis-à-vis du Président Blaise Compaoré qui a risqué sa position, sa diplomatie et son pays pour aider la Côte d’Ivoire à redevenir un havre de paix et qui a fait de moi ce que je suis aujourd’hui. »
La bataille pour la succession de Ouattara ne fait que commencer pour vu qu’elle ne ressemble , pas à celle vécue après le décès de Félix Houphouët Boigny en 1993 , dont les points saillants ont été le coup d’Etat de 1999 et la crise survenue en 2002.
Donatien Kautcha
Koaci.

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment