12112016Headline:

Côte-d’Ivoire:Vive tension à la maison du Pdci : Des centaines de jeunes militants prennent d’assaut le siège du parti à Cocody

foule-pdci

Convocation des leaders Jpdci à Cocody
Vive tension à la maison du Pdci : Des centaines de jeunes militants prennent d’assaut le siège du parti
La rencontre ajournée
La police se déploie, les responsables de base menacent

Au Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), ce n’est pas la grande sérénité. Mercredi 23 novembre 2016, encore, les jeunes militants, responsables de base, et autres, ont pris d’assaut, pour la énième fois, le siège de leur parti à Cocody.

Cette fois-ci, ils étaient venus accompagner les Coordonnateurs de la Jeunesse du Pdci Cocody 1, N’Dri Kouadio Marcel, et Cocody 2, N’Frani Méa Rodrigue, convoqués par voie de presse, par le Directeur, Secrétaire exécutif chargé des finances et du patrimoine du parti, N’Zi Assamoua Désiré. Une convocation qui fait suite à la manifestation bruyante des jeunes du Pdci, le vendredi 18 novembre 2016, pour protester contre le choix d’un candidat Pdci aux élections législatives à Cocody. Mais le caractère officiel et solennel de la convocation, ayant attiré l’attention des militants de base de Cocody, les a amenés à se rendre dès 8h, ce mercredi, au siège de leur parti, pour apporter leur soutien à leurs différents coordonnateurs.

Mais de 10h à 12h, le responsable du patrimoine n’était pas encore arrivé à la réunion. En cause, la présence des centaines de jeunes militants dans la cour et devant le siège de ce parti. Vers 11h30, un pick-up de la Police nationale, précisément du commissariat du 8ème arrondissement, a garé juste à l’entrée principale du site, débarquant une dizaine d’éléments armés de matraques. Ils sont entrés dans la cour, et ont pris position à l’entrée des bureaux des officiels du ”vieux” parti. Tous ceux qui tentaient de pénétrer dans cette partie du siège, étaient soit priés de retourner, soit ils devaient fournir des informations sur ce qu’ils partaient faire dans cette aile du bâtiment. Des négociations ont même été engagées avec les leaders de base, pour faire partir les militants pour que se tienne effectivement la réunion.

« J’ai été convoqué ce matin à la maison du parti. La rencontre devait se tenir depuis 10h, et depuis 9h, je suis sur les lieux. La base m’a accompagné à cette rencontre. À la dernière minute, on m’informe que la rencontre n’aura plus lieu parce que je ne suis pas seul. Je leur ai dit que je suis quand même un élu du parti. C’est la base qui m’a élu. Ce n’est pas nouveau. Quand un leader élu est convoqué, la base l’accompagne toujours dans sa lutte », a déclaré N’Dri Kouadio Marcel, le Coordonnateur de la Jpdci Cocody 1, rencontré dans la cour du siège du parti. Il nous a expliqué que c’est le Secrétaire exécutif chargé de la jeunesse, Kamagaté Brahima « qui nous a demandé de faire replier nos gens. Nous lui avons dit qu’on ne pouvait pas faire reculer nos gars tant qu’ils ne nous disent pas pourquoi on a été convoqué. Il nous a dit que dans ce cas, la rencontre n’aurait pas lieu ». 

Bédié interpellé 

N’Dri Kouadio Marcel, qui a dit avoir pris acte de cette décision, a tout de même interpellé la direction de son parti, et Henri Konan Bédié. « Mais je voudrais attirer l’attention de nos aînés, de nos devanciers dans ce parti. Il faut que le président Bédié prenne ses dispositions, qu’il ait un regard sur ce qui se passe actuellement parce que c’est la base qui est très mécontente. Et quand la base est mécontente, ça peut dégénérer et devenir autre chose », a-t-il asséné.

Son collège Coordonnateur Jpdci Cocody 2, N’Frani Méa Rodrigue, s’est dit surpris de la réaction de la direction. « Nous avons constaté que la mobilisation des présidents de section a effrayé la direction du parti, donc ils ont refusé de nous recevoir, nous les Coordonnateurs. Kamagaté Brahima est venu nous entretenir, alors que ce n’était pas lui qui avait fait le communiqué nous convoquant. Nous lui disons merci d’être à l’écoute de la jeunesse », s’est exprimé N’Frani Méa.

En dehors de la cour, un cargo de la police venait de prendre position juste en face du siège du Pdci. Certains jeunes, les nerfs à vif, se disaient prêts à en découdre avec les policiers si ceux-ci tentaient de les déloger.

En tout cas, pour Armand Kouadio, responsable de jeunesse et militant de la Jpdci, « nous nous sommes comportés comme des militants du Pdci, nous nous sommes comportés comme des gens pacifiques. Si les gens continuent de nous provoquer en nous convoquant tous les jours au siège du Pdci, si des gens prennent des mesures discriminatoires contre nos responsables de la Jpdci, si jamais ils étaient sanctionnés ou exclus, il va avoir des mouvements à Cocody, qui vont troubler la quiétude des populations de cette commune ». À l’entendre, les jeunes du Pdci pourraient même aller jusqu’à paralyser la commune présidentielle « Nous n’allons pas accepter l’injustice à Cocody. Le Pdci a été un parti de paix et de dialogue, chaque fois qu’il y a eu une crise, on a dialogué avec les gens et les jeunes pour trouver la solution. Mais depuis un bon moment, Maurice Kakou Guikahué ne fait que nous narguer », a-t-il martelé.

Avant de se faire menaçant : « s’il persévère dans cette voie, nous allons demander sa démission en tant que Secrétaire exécutif du Pdci. Et s’il faut faire le siège de la maison du Pdci, nous allons le faire jusqu’à ce qu’il démissionne parce que il est en train de nous montrer qu’il est un dirigeant (…) ». Il a déclaré que les jeunes seraient accusés de vol et d’actes de vandalisme dans l’enceinte du siège du Pdci, soulignant que « 1000 chaises auraient été volées ». « Mais la maison du parti ne compte que 500 chaises. De quoi on nous parle ? », a-t-il pesté.

Hervé KPODION

Soir info

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment