11182017Headline:

Côte d’Ivoire:Voici Les plans secrets de Gnamien Konan, selon L’Eléphant déchaîné

Sorti du gouvernement pour avoir exprimé son désaccord sur les pratiques monopolistiques au sein du Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP), Gnamien Konan, fondateur de l’UPCI (Union pour la Côte d’Ivoire », a annoncé, le weekend dernier, sa démission de la présidence de ce parti dont il est le fondateur. Au cours d’une prise de parole à Grand Yapo, du côté d’Agboville, à l’invitation du « Cojet » dans le cadre du lancement de « CPI, ça suffit », Gnamien Konan a dit sa volonté de voir la Côte d’Ivoire être dirigée autrement. Mais comment cela peut-il se faire si, lui-même, qui n’a jamais caché sa volonté de diriger ce pays en qualité de chef de l’Etat, abandonne l’outil avec lequel il entendait conquérir ce pouvoir, c’est à dire son parti politique?

En réalité, cette démission est le résultat d’un savant calcul.

Un parti infiltré

L’éviction du gouvernement a permis à Gnamien Konan de réaliser qu’au sein du Rhdp, seuls peuvent grossir, sans engraisser, le Pdci et le Rdr. Les trois autres partis, l’Udpci de Mabri Toikeusse, le Mfa non contrôlable d’Anaky Kobenan, devenu le Mfa contrôlable de Moutaye Azoumana et l’Upci, doivent se contenter des restes qui tombent sous la table. Toute protestation ayant pour conséquence d’entrainer une humiliation que chacun des responsables de ces partis a vécue dans sa chair.

Depuis le départ de Gnamien Konan du gouvernement, le parti qu’il a fondé, infiltré, se meurt. Dans la perspective de  l’élection présidentielle de 2020, il devenait une menace pour son fondateur dont chacun sait qu’il sera candidat. Les graines de l’implosion, à travers le contrôle de certains collaborateurs, ont été semés et sont sur le point de germer sous la forme d’une crise à la « MFA », histoire de créer la confusion à travers deux têtes dont la guerre devrait distraire le fondateur et l’occuper suffisamment pour qu’il lui passe le goût de la présidentielle de 2020. « Le parti n’a pas pris, mais l’ambition demeure. Nous avons pris le devant des choses pour éviter le piège qui est tendu, le parti a été infiltré, nous l’avons vite compris. Le jeu des déstabilisateurs a commencé. On ne veut pas se battre pour ce qui n’a pas pris, d’où cette décision d’en sortir par la grande porte, pour porter un autre espoir sur des bases plus larges», lâche l’un des collaborateurs de l’ex-ministre, interrogé par «L’Eléphant». Voilà qui est précis.

2020, résolument

Dans les faits, en démissionnant de la présidence de son parti, Gnamien Konan s’apprête à se jeter de façon plus résolue dans son combat pour l’accession au sommet du pouvoir, avec de nouveaux habits. La démission est la conséquence des conclusions tirées de ce que «les Ivoiriens ne veulent plus des politiciens de carrière»…

lelephant-dechaine.

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment