09162021Headline:

Cour pénale internationale : Soro veut rencontrer Gbagbo à La Haye/ses plans devoilés par la Lettre du Continent

Son retour à Abidjan prévu pour début octobre

Guillaume Soro, le président de l’Assemblée nationale, « nourrirait le projet de rendre visite » à l’ex-chef d’État, Laurent Gbagbo, à la prison de Scheveningen.

L’information livrée par la Lettre du Continent (LC) dans son édition du 27 septembre, n’est pas vraiment un scoop, le député de Ferké ayant annoncé, courant juillet 2017, qu’il irait présenter son « pardon » à ses aînés, Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo, pour les « torts » et « manquements » commis. Laurent Gbagbo, étant détenu par la Cour pénale internationale, à La Haye, il était de compréhension aisée que Guillaume Soro envisageait déjà de se rendre dans la capitale néerlandaise.

En campagne. L’ancien secrétaire général des Forces nouvelles est engagé, depuis quelques mois, dans une vaste campagne sur le « pardon » et la « réconciliation ». Jeudi 20 juillet 2017, alors qu’il venait d’atterrir à l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan après un long séjour en Europe, M. Soro martelait à la face du monde : « J’ai décidé de demander, une fois de plus, pardon aux Ivoiriens, pour tout ce que, depuis 2002, j’ai pu consciemment ou inconsciemment commettre comme offenses à ce peuple qui a tant souffert. J’adopterai la même approche du pardon et j’irai demander pardon à mes aînés, les présidents Henri Konan Bédié, Alassane Ouattara et aussi Laurent Gbagbo, pour tous les torts, manquements ou offenses que moi-même ou mes proches ont pu causer à chacun d’entre eux spécifiquement ».

 

Pas de demande de visite. LC, qui revient sur son intention d’aller rendre visite à Laurent Gbagbo, précise que Guillaume Soro n’a, pour l’heure, pas introduit une demande de visite auprès du greffe de la Cpi. Pour rencontrer l’ex-chef d’État, une demande de visite est envoyée préalablement auprès du greffe de la Cour, et l’accord du prisonnier est évidemment déterminant. Depuis fin novembre 2011 qu’il est incarcéré à la Cpi, Laurent Gbagbo a reçu la visite de nombreuses personnalités ivoiriennes, pas forcément de son bord. Guillaume Soro pourrait allonger la liste de ces visiteurs s’étant succédé à La Haye depuis six (6) ans.

Agenda. Le bimensuel spécialisé dans les informations confidentielles passe à la loupe l’agenda du président de l’Assemblée nationale. Le député de Ferké, absent d’Abidjan depuis environ un mois, devrait être de retour dans la capitale, début octobre. Sa priorité, apprend-on, sera de s’entretenir avec Henri Konan Bédié, le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire. Les relations entre l’ex-chef d’État et Guillaume Soro ne se sont jamais aussi bien portées. M. Bédié, dans une interview à Jeune Afrique, au mois de juin dernier, disait de l’ex-Premier ministre qu’il était son « protégé ». Depuis, les deux hommes ont eu des échanges, soit directement, soit par personnes interposées. Les Soroïstes étaient particulièrement mobilisés, le 17 septembre 2017, à Daoukro, à la célébration de l’appel éponyme. Et M. Bédié- fait rarissime- avait cité, dans son discours solennel, l’Union des Soroïstes, après qu’il avait fini d’égrener la liste des officiels. On se doute bien que, rentré de son séjour européen, Guillaume Soro ira témoigner sa reconnaissance à son « protecteur » pour autant d’attention et de sollicitude.

Objectif 2020. Le président de l’Assemblée nationale, s’il n’a pas encore annoncé qu’il serait candidat à la présidentielle de 2020, semble bien dans cette disposition d’esprit. En disgrâce avec l’aile pro-Ouattara du Rassemblement des républicains, et oublié dans l’attribution des premiers rôles au sein du parti, Guillaume Soro peaufine sa stratégie en marge de l’appareil. Avec ses lieutenants, il développe une certaine organisation et se révèle très actif sur les réseaux sociaux. C’est d’ailleurs sur facebook, l’un des réseaux sociaux en vogue chez les Soroïstes, que Sidiki Konaté, un très proche du président de l’Assemblée nationale, annonçait récemment : « Le temps de la parole et de l’action arrive ! »

Kisselminan COULIBALY

Comments

comments

What Next?

Related Articles