02052023Headline:

Courir pour une association, le double Dakar de certains pilotes

Ce pilote essaie de récupérer autographes et divers objets pour les donner à des enfants malades à son retour. Il a également déjà réservé un terrain pour leur offrir un baptême du feu à bord d’une voiture de course aménagée en fonction de leur pathologie.

L’Espagnol Alberto Benedicto opte lui pour des concours et tirages au sort pour faire gagner des gants notamment et collecter de fonds pour la fondation Cudeca qui vient en aide à des personnes malades de cancer.

Vidéos et collectes de fonds
D’autres ont ouvert une cagnotte, à l’instar de Gérard Tramoni. Il veut récolter un euro par kilomètre parcouru pour l’association “L’enfant@l’hôpital”, et développer ainsi le sport à l’hôpital femme-mère-enfant dans la région lyonnaise.

Cet anesthésiste à la ville a troqué sa casquette de médecin du Dakar pour celle de pilote, et enchaîne les vidéos sur les réseaux sociaux pour ces enfants: “ils veulent tout voir!”

Il leur montre les soleils couchants sur le désert saoudien, les traits tirés après les étapes, tantôt aux côtés du quadruple vainqueur du Dakar le Qatarien Nasser Al-Attiyah, ou du Français Sébastien Loeb.

Tous espèrent que l’organisateur Amaury Sport Ogranisation les fera monter quelques minutes sur le podium pour parler de leurs associations. Mais ils disent manquer de visibilité par rapport aux professionnels et leurs “énormes sponsors”.

“Je ne comprends pas qu’il n’y ait pas plus de concurrents qui utilisent ce levier de courir pour une association, accessoirement ça facilite aussi la collecte de sponsors”, dit Eric Abel.

“Tant que c’était qu’un rallye-raid, il y avait cet esprit-là, de solidarité. Mais à partir du moment où le chrono compte beaucoup, que c’est dans le championnat du monde de rallye-raid, c’est une autre dimension, il y a peut-être moins de place pour ça”, avance Ludovic Gherardi.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles