10232017Headline:

CPI: après le passage de Kassaraté au profit de Gbagbo, voici le dernier Témoin pion de Bensounda pour faire couler Gbagbo-L’assistance de l’Onu demandée

Le témoignage à décharge du général Edouard Tiapé  Kassaraté a-t-il contraint l’accusation à revoir se posture ? En tout cas, avant qu’il n’achève son témoignage le jeudi dernier, le procureur Fatou Bensouda qui a disparu des écrans radars informe le 15 mars dernier la chambre de première instance du report du passage du témoin suivant. «  Prévu pour témoigner comme le 40ème témoin dans l’affaire comme indiqué, l’accusation doit reporter le  témoignage du témoin (…)

L’accusation a donc été incapable de terminer le transfert approprié du témoin à l’unité des victimes et témoins pour faciliter son témoignage au procès »,justifie la procureure gambienne. Il semble évident que le grand oral du général Kassaraté a chamboulé l’agenda de l’accusation. D’autant plus qu’elle ne s’attendait pas à cette onde de choc qu’a crée les révélations de l’ancien commandant supérieur de la gendarmerie qui a été plus perçu comme un témoin à décharge qu’à charge. L’actuel ambassadeur, qui était censé selon la théorie de l’accusation clouer le Président Laurent GBAGBO au pilori, l’a plutôt blanchi.

IL n’a à aucun moment pointé le rôle du fondant du front populaire dans les violences postélectorales ou révélé qu’il a donné l’ordre à la hiérarchie militaire de commettre des exactions. Kassaraté  a également déclaré que les violences et la tournure des événements, en révélant que l’ex-Première Dame de côte d’ivoire Simone Gbagbo s’est particulièrement  inquiétée de exactions commises dans la commune où elle été élue députée : Abobo. Le témoin P11 a passé en revue les crimes et exactions commis par les forces pro Ouattara  lors de leur descente sur Abidjan, les attaques de positions des forces de défense et de sécurité pendant la crise postélectorale…

Le bureau du procureur a été d’autant plus bouleversé qu’il n’en revenait pas. Même les documents du procureur  ont été contestés par le témoin. En effet, alors que l’ancien patron de la gendarmerie ivoirienne avait signifié que les signatures présentées par l’accusation n’étaient pas les siennes, lorsqu’il était interrogé au début de son témoignage par Alexis Demirdjin, son collègue ERIC Mc Donald, qui a manifestement perçu cela comme un cinglant affront, a tente de sauver la face le dernier jour de l’interrogatoire du bureau du procureur.

Il a insisté sur le sujet, invitant même le juge-Président à reposer la question au témoin, espérant certainement lui faire changer d’avis. Peine perdue. Droit dans ses bottes, Kassaraté a réitéré ses déclarations : Je dis non ! »,a-t-il dit, répondant à la question de savoir s’il reconnaissait sa signature sur les documents qui lui ont été présentés. On peut le dire, de témoin à charge, l’ancien chef de la gendarmerie est passé témoin à décharge. Au point où après jour d’interrogatoire mené par le procureur non sans difficulté, les avocats de Gbagbo ont eu juste deux jours pour questionner le témoin.La défense de Blé Goudé n’a même pas procéder au contre interrogatoire, Kassaraté ayant déjà assez éloquemment blanchi les accusés.

L’ONU VOLE AU SECOURS DE BENSOUDA.

La stratégie de l’accusation consiste donc à gagner un peu de temps. Ainsi, avant la reprise des audiences prévue le lundi 27 mars prochain, Bensouda et son équipe pourront mettre ce délai à profit pour mieux accorder leurs violons avec le prochain témoin Ils pourront montrer à ce dernier ses déclarations faites aux enquêteurs du bureau du procureur, lui permettre de mieux s’imprégner des documents avant d’arriver dans le prétoire, contrairement au général Kassaraté qui n’a pas eu ce privilège et qui au final bouleverse les attentes de l’accusation.

Le juge l’avait déjà annoncé dès le début du témoignage de Kassaraté : C’est le témoin P10 qui devrait être dans le prétoire ensuite. Ce denier devrait également être un  haut responsable des forces de défense et de sécurité sous l’administration Gbagbo et pendant la crise postélectorale. D’ailleurs, lorsque les équipes de défense de Gbagbo et Blé Goudé avaient constesté le fait que Me Fabien Raimondo, qui avait déjà travaillé en 2012 pour le bureau du procureur ce qui pourrait dans un premier temps créer un conflit d’intérêt, soit fait des révélations sur ce dernier. En effet, Bensouda avait sollicité des documents auprès des Nations Unies qui portent justement sur le témoignage de P10.

«  Les documents en questions portent entre autres sur le témoignages de P10 », révélait Cuno Tarfusser. Que sont ces documents ? « Selon l’accusation, ces documents révèlent des informations qui étaient auparavant connues et qui sont impérieuses et représentent leurs meilleurs éléments  de preuves disponibles concernant les informations du document. Le document VIC OTP 00940305, donc la pièce jointe, était en faite une correspondance, des courriers, entre la personnes qui était allée donc au Haut  Commissaire aux droits de l’homme (des Nations Unies),le témoin P10.Laurent Gbagbo et d’autres commandants haut gradé des FDS lors de la crise postélectorale, reçus au bureau du Haut commissaire des Nations Unies  par le procureur le 1er Mars 2017 suite à une demande récente en prévision du témoignage de P10 et P11.La chambre remarque que l’Accusation a attendu jusqu’au 24 février 2017 avant de demander au Haut commissaire des droits de l’homme des Nations Unies de lui fournir ces documents. La preuve est que  les documents ont été demandés le 24 février 2017 », soulignait le juge.

lL faut souligner  que la défense avait d’ailleurs contesté l’introduction tardive par l’accusation de ces documents dans la liste des éléments de preuve. Mais la chambre les a acceptés estimant qu’ils sont importants pour la manifestation de la vérité. Le procureur ,dont les témoins n’arrivent pas à prouver les supposés crimes reprochés à Gbagbo et Blé Goudé ou au contraire les dédouanent ,semble à avoir du pain sur la planche.IL va tenter de s’accrocher à ces fameux documents de l’ONU.

Source : le Nouveau courrier N* 1571 du Lundi 20 Mars 2017

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment