03272017Headline:

CPI /Bensouda perd la face devant Gbagbo

gbagbo,ble,fatou

Ouattara libère les Ivoiriens

Enfin, le gouvernement Duncan 3

La Côte d’Ivoire a un nouveau gouvernement, après trois semaines de suspicions. «1er gouvernement du 2è mandat de Ouattara : Ado libère enfin les Ivoiriens», titre Nord-Sud Quotidien à la Une. Titre qui illustre bien la longue attente. «La fumée blanche enfin apparue hier, au terme d’un long suspense», écrit-il pour narrer l’évènement qui s’est déroulé au palais présidentiel. 36 personnes font partie de cette équipe gouvernementale.

Mais si on y ajoute les ministres délégués auprès du chef de l’État, cela porte le nombre à 43 personnes. C’est pourquoi Notre Voie barre à la Une : «43 ministres dans le nouveau gouvernement : une équipe pléthorique, vieillotte et démodée». Le journal relève que la moyenne d’âge de ce gouvernement est de 60 ans. «Pour une équipe gouvernementale rajeunie, féminisée et qui devrait rechercher l’efficacité, tel que promis par le chef de l’État, Alassane Ouattara, dans ces récents discours d’après élection, le moins qu’on puisse dire, c’est que le compte n’y est pas du tout…»

A ce sujet, L’Expression explique «pourquoi le grand déballage n’a pas eu lieu». Selon lui, c’est parce qu’Alassane Ouattara n’aime pas le folklore et les éternels recommencements, et que si on change radicalement de titulaires à certains ministères stratégiques, cela risque d’impacter le deuxième quinquennat de Ouattara.

Pour le Premier ministre Daniel Kablan Duncan, son nouveau gouvernement est «un gouvernement de mission et de combat». Fraternité Matin l’a mis en relief à la Une. Il faut faire en sorte que nous réalisions rapidement les instructions données par le Président de la République et les engagements qu’il a pris devant la nation de faire en sorte que ce pays devienne un pays émergent en 2020.

Affaire Gbagbo

Prévu dans quelques semaines, le procès à La Haye de l’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo continue de faire parler. Avant ce rendez-vous, Lg Infos croit savoir que l’accusation n’est pas au mieux. «CPI/ A quelques jours du procès du président Gbagbo/ Bensouda perd sa sérénité», livre le journal à sa Une. Selon le quotidien proche de l’opposition, «les preuves présentées par Fatou Bensouda dans son réquisitoire sont frappés de fausseté». Pour le journal, « cela augure de la bonne posture de la Défense de Gbagbo. Elle va encore démontrer, à coup sûr, que son client n’est qu’une victime expiatoire».

Le Quotidien d’Abidjan ne dit pas autre chose à sa Une. «Après l’insuffisance des preuves: Bensouda mord encore la poussière», peut-on lire à la Une du journal. «Suite à la démission d’un bon nombre de témoins à charge, Fatou Bensouda négociait avec toutes les parties pour obtenir un ajournement du procès», informe le journal qui indique cependant que contrairement aux souhaits de la gambienne, «la date du procès du président Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé est maintenue au 28 janvier prochain ».

Les motivations de la détention de Laurent Gbagbo à La Haye, Le Temps choisit de l’expliquer dans sa parution du jour. «Les 2 raisons du maintien de Gbagbo à La Haye», titre en manchette le journal. A en croire le quotidien qui cite Adolphe Inagbe, analyste politique, «c’est la forte mobilisation autour de sa cause, aussi bien à La Haye que dans d’autres capitales européennes qui fait de lui l’otage de la CPI».

 linfodrome.ci

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment