06272017Headline:

CPI : Ce que Le témoignage du général Kassaraté a fait dans le camp du procureur Bensouda

Après le témoignage du général Kassaraté Tiapé, lors du procès de Laurent Gbagbo et Blé Goudé, les choses se compliquent à la CPI. Le procès a été suspendu sans motifs donnés. Il reprendra le 27 mars prochain avec un autre témoignage très attendu, celui du général Philippe Mangou. Seulement, selon un juriste africain, le procès a été suspendu, pour permettre au procureur de remettre les choses au point car le témoignage de Kassaraté leur avait échappé.

Le 35è témoin du procès de Gbagbo et Blé Goudé à la CPI, a laissé des doutes dans l’esprit des juges et du procureur. Le général Kassaraté qui a terminé sa déposition devant les juges de la Cour le 16 mars dernier semble avoir fait un passage qui a plus profité à la défense qu’à l’accusation.

Celui-ci a commencé par ne pas reconnaitre certaines déclarations qu’il aurait faites lors de son audition à l’occasion des enquêtes menées par le procureur de la CPI. Ensuite, Kassaraté est même allé jusqu’à dénoncer la falsification de sa signature sur ces documents. Il n’a pas reconnu les faits.

Ainsi, pour n plus avoir à se trouver dans cette position de témoin incontrôlé, Ben Souda prépare une autre stratégie. Elle utilise cette trêve pour mettre tout au point avant le témoignage de l’ex-Chef d’Etat-major des Armées ivoiriennes, Philippe Mangou, le 27 mars prochain. Selon certains observateurs, Ben Souda fera de tout son possible pour ne pas que le témoignage de Mangou se passe comme le précédent, c’est-à-dire, qui lui échappe.

autre presse

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment