07222024Headline:

CPI/ Dernière requête des avocats de Gbagbo après appel

Depuis le 4 décembre Laurent Gbagbo est théoriquement sur le point de quitter Bruxelles où il s’était installé après son acquittement en janvier 2019 des charges qui pesaient contre lui, pour son pays. Mais on sait aussi que la procureure Fatou Bensouda ne s’avoue pas vaincue et a déposé un dossier devant la cour d’appel de la CPI, à qui elle demande de « casser » la décision des juges de la chambre de première instance I. pour ce faire, elle met les bouchées doubles pour avoir gain de cause. Dans une note rendue publique sur le site de la CPI le 24 Juillet 2020, elle rappelait aux juges ceci : « Le 26 novembre 2019, la Chambre d’appel a autorisé M. Gbagbo à déposer une demande d’autorisation de compléter sa réponse au mémoire d’appel du Procureur ».

Voir les images dans l’appli et economisez jusqu’à 80% de data« La traduction française révisée étant maintenant finalisée et à la disposition des parties, l’Accusation considère que M. Gbagbo devrait être dans une position pour déterminer s’il y a lieu ou non de déposer une demande d’autorisation pour compléter son mémoire » avait-t-elle poursuivi. Objectif selon elle « éviter tout retard inutile dans ce processus, l’Accusation demande à la Chambre de fixer une date raisonnable à laquelle M. Gbagbo doit déposer toute demande d’autorisation pour compléter sa réponse » expliquait-elle. C’est cette requête de Bensouda que rejette Me Emmanuel Altit, conseil principal de Gbagbo qui dans une requête en date du 10 décembre 2020 publiée sur le site de la CPI, demande à la chambre d’appel de reclassifier de « confidentiel » à « public » les « Observations de la Défense relatives à la

Demande de l’Accusation concernant l’éventuelle demande d’autorisation de M. Gbagbo pour compléter sa réponse au Mémoire d’appel de l’Accusation ». Puis l’avocat français de détailler : «

Voir les images dans l’appli et economisez jusqu’à 80% de dataLa Défense déposait ces observations de manière confidentielle, puisqu’il y était fait référence à des échanges non-publics entre les Parties, les participants et les services du Greffe. Le 2 septembre 2020, la Chambre d’appel se prononçait sur la requête du Procureur, par une décision publique. Puisqu’aujourd’hui les raisons justifiant de la classification « confidentiel » des observations de la Défense n’existent plus, la Défense de Laurent Gbagbo demande respectueusement à la Chambre d’appel de reclassifier de « confidentiel » à « public » les« Observations de la Défense relatives à la

Demande de l’Accusation concernant l’éventuelle demande d’autorisation de M. Gbagbo pour compléter sa réponse au Mémoire d’appel de l’Accusation ». Pour faire simple cette requête vise deux choses : prendre l’opinion à témoin sur cette bataille judiciaire, par la même occasion dévoiler le narratif souvent bancal de Bensouda sous le vocable « confidentiel ». En effet, depuis le début de ce procès les juristes sont unanimes à reconnaitre la faiblesse des preuves de la procureure contre Laurent Gbagbo et Blé Goudé. Mais la Gambienne est prête à tout, même en niant aux juges de la première chambre leur science, pour enfoncer les prévenus.

Operanews

What Next?

Recent Articles