12182017Headline:

CPI du nouveau dans le procès Gbagbo- Blé Goudé:Ce qui va se passer avec les témoins

cpi les avocats

Est-il possible à un témoin, qui le souhaiterait, de se faire interroger à visage découvert par les parties prenantes au procès conjoint Laurent Gbagbo – Charles Blé Goudé ? A cette question précise, la Cour pénale internationale répond par « Oui ».

L’Unité des affaires publiques, en réaction à un courriel de L’inter, a admis qu’il était possible pour les témoins de faire leur déposition à visage découvert, précisant toutefois que la Cpi conseillait les personnes sur les « meilleurs moyens » pour témoigner. « Oui, mais la Cour œuvre toujours pour la protection des témoins et les conseille sur les meilleurs moyens pour cela‎», écrit l’Unité des affaires publiques. Jusqu’ici, dans le cadre du procès conjoint Laurent Gbagbo-Charles Blé Goudé, les déposants ont témoigné, avec le visage flouté et la voix déformée. Au total, quatre témoins se sont succédé avant la suspension des audiences, lundi 15 février, le procès ayant démarré le jeudi 28 janvier 2016.

A une autre question de la Rédaction sur la fuite récente de « noms » de témoins, l’Unité des affaires publiques a adressé cette réponse : « La Cpi est profondément préoccupée par cet incident grave et aborde pleinement la question en prenant toutes les mesures appropriées. Une enquête interne visant à identifier la cause de l’incident a été ouverte. Toutes les mesures seront prises pour empêcher qu’un incident similaire se reproduise. Simultanément, les mesures nécessaires ont été mises en place pour assurer la protection des témoins ». Le 6 février, l’identité de plusieurs témoins protégés avait été révélée par erreur par la Cpi.

Des noms qui étaient supposés confidentiels se sont retrouvés dans le domaine public. L’enregistrement comportant l’erreur a été mis en ligne sur les réseaux sociaux et visionné par des milliers d’internautes. L’un des témoins dont le nom a été révélé est l’ancien chef d’Etat-major des Forces de défense et de sécurité, Philippe Mangou aujourd’hui, ambassadeur de la Côte d’Ivoire au Gabon.

Le diplomate n’a pas tardé à réagir au travers d’un communiqué, dans lequel il confie avoir envisagé de témoigner à visage découvert. « J’avais moi même, envisagé de témoigner sans camouflage, car quand on a la vérité à dire, on ne se cache pas. Je veux parler, non pas pour faire condamner qui que ce soit, mais pour permettre aux Ivoiriens et à l’opinion internationale de connaître la vérité », consignait Philippe Mangou. Le Général-ambassadeur témoignera-t-il à visage découvert, la voix normale ? La Cour pénale internationale lui en donne la latitude.

Kisselminan COULIBALY

L’inter

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment