11172018Headline:

CPI : Hélène Yapo Etté, dernier témoin de Bensouda à la barre

Suspendu depuis décembre 2017 pour cause de vacances judiciaires, le proès de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé devant la Cour pénale internationale (CPI) a repris ce mercredi 17 janvier 2018.

Par Abraham kouassi

Après plusieurs semaines d’interruption de leur procès devant la Cour pénale internationale (CPI), Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé ont retrouvé la salle d’audience à La Haye.

Cette reprise a également consacré le début de l’audition du Professeur Hélène Yapo Etté, médecin-légiste et dernier témoin de l’accusation.

Très technique, les débats ont été orientés sur le travail de la légiste pendant la crise post-électorale. Au cours de son intervention, l’experte a fait savoir que plusieurs familles faisaient pression pour récupérer les corps soumis à l’examen de ses équipes.

« Ces personnes arrivent, s’identifient en présentant leur carte d’identité et nous reportons dans nos registres, leurs contacts de manière à avoir une traçabilité et nous délivrons les certificats. Il y avait des pressions des familles pour prendre les corps et les inhumer », a expliqué le témoin.

A lire aussi : Cour pénale internationale : Reprise du procès Gbagbo / Blé Goudé mercredi

Première femme agrégée en médecine légale de Côte d’Ivoire, Hélène Etté a également affirmé avoir assisté à plusieurs exhumations dans le cadre de ses fonctions.

« J’ai assisté à des exhumations. Notre rôle est de s’intéresser au lieu où ces exhumations avaient lieu, aux conditions dans lesquelles cette exhumation a été faite », a-t-elle fait savoir à la Cour. Pour ce qui est du nombre de victimes examinées par elle et ses équipes, le témoin a indiqué ne pas être en mesure de le connaitre.

« Je ne saurais dire combien de corps on recevait. Quand nous commencions à travailler, nous recevions les corps au fur et à mesure que nous finissions, a-t-elle expliqué. Pour certains corps ça peut aller vite et pour d’autres non. Le débit était très variable ».

Cependant, le témoin a fait savoir que plusieurs victimes ont été présentées comme victimes de la crise post-électorale seulement sur la base des informations données par leurs proches.

« Plusieurs corps dits morts par balles ont été affirmés par les parents des victimes. Les rapports disent autre choses », a-t-elle souligné. Le témoignage du Professeur Yapo Etté se poursuit le vendredi 19 janvier prochain. Après, ce sera au tour des témoins appelés par la défense de rentrer en scène.

Ivoirejustice

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment