10242018Headline:

CPI: Laurent Gbagbo, l’audience du quitte ou double ?

Depuis l’ouverture de l’audience, le 1er octobre 2018, le procureur Eric Mc Donald tente de démontrer le plan commun mis en place par le clan Laurent Gbagbo pour se maintenir au pouvoir. Cependant, les affirmations du collaborateur de Fatou Bensouda laissent quelque peu perplexe.

Suite à la requête déposée par les avocats de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé pour demander le non-lieu et l’acquittement en faveur de leurs clients, une audience a été ouverte à la Cour pénale internationale (CPI), ce lundi 1er octobre 2018. Au troisième jour d’audience, le procureur Eric Mc Donald s’évertue à prouver la responsabilité de l’ancien président ivoirien et son bras droit dans la crise postélectorale qui a fait 3000 morts, selon le bilan officiel.

Pour l’accusation, plusieurs témoignages attestent effectivement que le pouvoir d’alors avait mis en place un plan savamment concocté pour faire barrage à Alassane Ouattara qui était pourtant reconnu par la Communauté internationale comme le Président de la République de Côte d’Ivoire. À cet effet, les forces pro-Gbagbo auraient commis plusieurs exactions sur la population civile.

À propos des crimes dont l’ancien président est accusé, le procureur Mc Donald déclare : « Il ne s’agit pas d’un commandant qui se trouve sur le terrain et qui reçoit l’appel d’un subordonné ou d’une source que ses troupes se préparent ou sont en train de commettre un crime. » Poursuivant, il ajoute : « Vu le contexte, M. Gbagbo aurait dû savoir que des crimes étaient sur le point d’être commis. Les facteurs suivants ont permis à M. Gbagbo de savoir que des crimes sont sur le point d’être commis, et que, s’il avait exercé un contrôle sur ses forces, il aurait reçu des informations selon lesquelles des unités étaient sur le point de commettre des crimes. »

Notons qu’à la suite du bureau du procureur, la représentante légale des victimes, ainsi que les défenses de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé interviendront avant que le juge Cuno Tarfusser et ses assesseurs ne décident d’arrêter ou de poursuivre le procès.

 

afrique-sur7.fr

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment