08182017Headline:

CPI – Me N’dri voici pourquoi aucune demande de liberté provisoire n’a été formulée pour Blé Goudé

Les explications de Me Claver N’dri

A Abidjan pour les vacances judiciaires, l’avocat de Charles Blé Goudé était face à la presse ce jeudi 27 juillet 2017, après-midi au siège du Cojep à Yopougon pour se prononcer sur le thème : « Affaire le procureur contre Gbagbo et Blé Goudé : bilan partiel du procès et perspectives juridiques ». Il en a profité pour faire la lumière sur la stratégie de son équipe en ce qui concerne son client, l‘ancien chef des jeunes patriotes.

Me Claver N’dri a expliqué à son auditoire qu’à ce jour, ce sont 57 témoins de l’accusation qui ont été auditionnés par la Cour. Et qu’à l’analyse du contenu des auditions, la nette impression qui se dégage est que ceux-ci se sont comportés comme des témoins de la Défense tant leurs propos étaient pour la plupart en faveur des détenus. Il en veut pour preuve la déposition des généraux de l’armée sous Gbagbo dont Kassaraté, Guiai Bi Poin, Bredou mais surtout celle de Seyi Rhodes, ce journaliste britannique considéré comme un témoin clé de l’accusation. « Avec ce 57e témoin, je ne sais pas comment les juges feront pour condamner les accusés », a-t-il exprimé son optimisme. « Les perspectives sont bonnes. La Cour joue gros, le monde entier a les oreilles tendues vers la Cpi. Il a vu et entendu les témoins du procureur. Ce sera difficile que la vérité ne soit pas dite. (…) A ce stade nous constatons que l’accusation n’a pas de preuves », a-t-il conclu son propos liminaire invitant les uns et les autres à avoir confiance en la Cour.

Répondant par la suite à une question relative à son client notamment au sujet d’une demande de mise en liberté provisoire qui n’a jamais été formulée, Me N’dri a indiqué qu’il s’agissait d’une stratégie de la Défense tout en soutenant que cette affaire est un dossier joint dans lequel Charles Blé Goudé est présenté comme l’exécutant du plan de Gbagbo (pour se maintenir au pouvoir). Ceci fait, selon lui, qu’il est difficile de parler de l’un sans parler de l’autre. Plus précisément il donne cette explication : « Toute action en justice répond à un schéma. Pour l’instant, nous ne voulons pas introduire la demande de mise en liberté provisoire de Charles Blé Goudé au moment même où la demande du président Gbagbo est en examen. Nous attendons après la bonne nouvelle que tout le monde attend (la libération provisoire de Gbagbo). Pour le moment CBG est préoccupé par la recherche de la vérité ».
Réagissant au plan Soro pour la réconciliation et le pardon, Me Ndri a indiqué qu’il n’a pas encore abordé ce sujet avec son client. Il livre toutefois une opinion personnelle là-dessus. « Tout ce qui est sincère, en dehors de tout calcul politicien et qui va dans le sens de la paix en Côte d’Ivoire doit être accueilli favorablement. La réconciliation, pour nous, ne doit pas être un programme de gouvernement. Elle doit être une donnée naturelle comme le fait de manger. On ne doit pas faire de calcul avec la réconciliation », a-t-il commenté.
S. Debailly à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment