08212017Headline:

CPI /Nouvelles conditions des visites :Désormais Pour voir Gbagbo à La Haye- Voici forcément ce qu’il faut faire..

Nouvelles conditions des visites à La Haye : Gbagbo donne le droit de ‘’signature de visa’’ à son ami Sangaré

Bonnes nouvelles pour les GOR (Gbagbo ou rien), mais mauvaise pour tous les autres dont Pascal Affi Nguessan et ses partisans. Désormais, il faudra forcément avoir l’autorisation de Sangaré Abou Drahamane pour rencontrer le président Laurent Gbagbo, à la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye. C’est en effet la volonté de l’ancien chef d’Etat ivoirien qui replace ainsi son vieil ami de lutte démocratique, M. Sangaré, au cœur des décisions le concernant pendant son temps de détention.

L’information a été livrée par notre confrère  Le Temps dans son édition de ce jour. Mais pourquoi une telle décision du président Laurent Gbagbo. Pour savoir la vraie raison, il faudra fouiller dans le comportement de certains visiteurs du centre pénitencier de Scheveningen situé dans la banlieue de La Haye au Pays-Bas. En ciblant la lune (Gbagbo), ces visiteurs ont du échouer dans les étoiles (Blé Goudé). Mais qu’à cela ne tienne, puisqu’ils avaient poussé le bouchon au-delà de Charles Blé Boudé, en profitant pour ‘’saluer’’ son mentor le président Laurent Gbagbo tous les deux étant souvent ensemble. Mais ces visiteurs n’ont pas toujours adopté une attitude favorable à la bonne image du président Gbagbo. Ils racontent en effet, à qui veut les entendre ou font des publications à l’emporte-pièce sur les réseaux sociaux, sur ce qui n’est pas. « De retour de La Haye, des personnes racontent qu’elles sont allées voir le Président Gbagbo. Certains profitent d’une visite à Charles Blé Goudé, pour soutenir qu’ils ont rencontré Gbagbo. Pourtant, tout cela est faux. » Ecrit Le Temps sous la plume de Ferdinand Bailly.

Le confrère ajoute : « Alors pour savoir qui a l’autorisation du Président Laurent Gbagbo, pour lui rendre visite et pour que cela se fasse désormais dans la clarté, des mesures ont été prises afin d’éviter toutes sortes de polémiques ou interprétations relatives aux visites faites au Président Laurent Gbagbo. C’est Sangaré Abou Drahamane, le président par intérim de son parti, qui a été désigné, pour organiser et planifier les visites à Gbagbo. C’est désormais, lui le maître d’orchestre des visites au Président Laurent Gbagbo à la Cpi. Sans le visa de Sangaré Abou Drahamane, pas de visite à Gbagbo. En clair, toutes les personnes politiques, militaires ou même de la société civile, qu’elles soient proches du pouvoir, de l’opposition ou même du parti de Gbagbo, doivent avant tout, avoir l’accord de Sangaré Abou Drahamane. Une fois cet accord obtenu à Abidjan, c’est Sangaré qui est alors chargé d’informer Laurent Gbagbo à La Haye. Après avoir reçu formellement l’accord de Gbagbo, Sangaré le signifie au demandeur, qui est alors autorisé à remplir en ligne, le formulaire de visite concernant le fondateur du Fpi, qui est en procès avec Charles Blé Goudé devant la Chambre de première instance 1 de la Cpi, depuis le 28 mai 2016. La date, les raisons et les conditions doivent également être débattues entre Sangaré Abou Drahamane et le demandeur afin qu’il puisse mieux discuter des contours de la visite avec son mandant. Tous ceux qui veulent aller rendre visite au Président Laurent Gbagbo, doivent impérativement avoir la caution du Président intérimaire de son parti, avant d’entamer toute autre procédure. Il est donc inutile d’entreprendre une quelconque démarche en vue d’une rencontre avec Gbagbo, au centre de détention de la Cpi, si vous n’avez pas l’accord préalable de Sangaré à cet effet. 

Enième camouflet pour Affi Nguessan

Voilà donc qui est clair. Espérons tout simplement que ces mesures prises par le président Laurent Gbagbo mettront fin aux agitations puériles de certains personnages politiques en manque de publicité. Cette décision de l’ancien chef de l’Etat ivoirien en vient couper l’herbe sous les pieds des éventuels visiteurs qui voudraient ruser. Par la même occasion, elle recadre Pascal Affi Nguessan et ses partisans qui peinent à obtenir le précieux sésame. Comment ceux-ci s’y prendront-ils maintenant qu’ils sont obligés de passer par la case Abou Drahamane Sangaré qui ouvre la voie aux visites au Président Laurent Gbagbo ? Aller demander l’autorisation au vice-président du Fpi et intérimaire de son président élu, Laurent Gbagbo, suppose qu’on reconnait de facto les titres et qualités que lui confère le 3e congrès extraordinaire tenu le 30 avril 2015, à Mama (Village de Gbagbo). Des assises dont les résolutions avaient prononcé la radiation de Pascal Affi Nguessan de toutes ses instances et son interdiction de se prévaloir du Fpi, d’en utiliser ses couleurs, logo et toutes autres images ou instruments ayant trait au parti. A moins qu’Affi Nguessan et ses partisans renoncent désormais à toute idée de visiter Laurent Gbagbo à La Haye. Gros dilemme en somme !

Par S.A-G

Source: letempsinfos.com

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment