12192018Headline:

CPI: Ouvert le lundi 12 novembre 2018, le procès de Laurent Gbagbo à la Haye est l’une des principales actualités de ce jour.

Bonjour et bienvenue. La revue de presse de ce mercredi 14 novembre 2018 porte essentiellement sur le procès Gbagbo à la Cpi et l’actualité entre les alliés d’hier au Rhdp. Ouvert le lundi 12 novembre 2018, le procès de Laurent Gbagbo à la Haye est l’une des principales actualités de ce jour. A ce sujet, Le Temps livre : « Procès Gbagbo/Second jour d’audience, hier : La défense de Gbagbo étrille Bensouda ». Marcel Dezogno fait savoir que les avocats de la Défense ont mis en difficulté les accusations portées par la Procureure. L’attaque des Fds à Abobo, le dossier sur la marche du 3 mars 2011, la fiabilité des preuves médicales de la mort présumée des 7 femmes d’Abobo, le présumé bombardement du marché Siaka Koné en mars 2011, les crimes allégués le 12 avril à Yopougon, l’évaluation des preuves documentaires dans le blocus du Golf et la crédibilité même des témoins de l’Accusation, tous ces éléments constituent selon le journaliste des allégations non fondées pour lesquels la Défense demande un non-lieu.

La lecture est toute autre au niveau de Le Patriote qui titre « Procès de Gbagbo et Blé Goudé : Me Altit insulte la mémoire des victimes ». La négation des éléments avancés par l’Accusation notamment les 3000 morts annoncés et l’assassinat des 7 femmes d’Abobo y est dénoncée par le confrère qui qualifie cela de « négationnisme intolérable ».

C’est sur les chances de sortie de Laurent Gbagbo qu’on a planché au niveau de L’Inter avec en titre : « Cpi-Procès : Une spécialiste révèle :’’ Gbagbo et Blé seront assignés à résidence…’’. Dans un entretien qu’elle a accordé au confrère, Leslie Varenne, journaliste et spécialiste de l’Afrique, apprend que si éventuellement la Cour accordait la liberté conditionnelle aux prévenus, cette liberté sera probablement cadrée et les inculpés assignés à résidence dans un pays européen. « Ils seront privés d’un certain nombre de libertés comme le droit de s’exprimer devant la presse ou en public et surtout en pourront pas se présenter à l’élection présidentielle de 2020 », a-t-elle confié.

Rhdp

« Depuis Daoukro/ Un dignitaire du Pdci : »Bédié reviendra au pouvoir », titre Soir Info. Rapportant les propos de Traoré Adam Kolia, président élu du Conseil régional de l’Iffou, le journal indique que le président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié reviendra au pouvoir en 2020. Les actions entreprises à ce jour par les cadres du parti sur le terrain s’inscriraient à en croire l’élu dans ce sens. « Le président Bédié reviendra au pouvoir en 2020. Le travail que nous faisons, nos el faisons pour lui. C’est lui qui nous envoie, et c’est pour lui que nous travaillons. Nous continuerons de travailler dans le même sens jusqu’à ce que le Pdci revienne au pouvoir en 2020 », a déclaré M. Traoré.

Du côté de Le Quotidien d’Abidjan, c’est un autre cadre du Pdci qui est mis en avant. « Mauvaise gouvernance et dérives dictatoriales : Jean-Louis Billon allume encore le régime », barre le confrère dans les colonnes duquel on lit le diagnostic de la gouvernance Ouattara établie par Billon. Lequel diagnostic n’est pas très reluisant selon l’ex ministre du Commerce qui relève plusieurs difficultés persistantes. “Personnellement, je n’ai pas voulu tomber dans l’autosatisfaction ambiante tendant à effacer les nombreux défis auxquels nos concitoyens sont confrontés chaque jour. La dynamique économique de notre pays s’essouffle. Le lien entre le gouvernement et al population est altéré par l’agitation sociale qui secoue notre pays. Les tensiosn politiques qui s’exacerbent à l’approche de la prochaine élection présidentielle ajoutent à la confusion. », dépeint Jean-Louis Billon.

Le Pdci ou du moins le Rhdp a aussi intéressé Le Jour Plus dans sa parution du jour qui se penche particulièrement sur les épouses des deux leaders du Rassemblement des houphouetistes à savoir Henriette Konan Bédié et Dominique Ouattara. « Rhdp : La paix des braves commence par les femmes », lit-on à la Une du journal. On y apprend que les deux citées ont en effet déjeuné ensemble le mardi 13 novembre 2018 à Paris. Un déjeuner qui s’inscrit dans le cadre des actions de rapprochement entre Ouattara et Bédié conduites par les rois et chefs traditionnels eux-mêmes appuyés par le Vatican. « A voir les deux épouses des deux grands chefs déjeuner ensemble, avec l’air décontracté et jovial, cela augure de bonnes perspectives pour la réconciliation entre Ouattara et Bédié », croit savoir l’organe proche du pouvoir.

 

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment