10212017Headline:

CPI procès du 21 sept : Dernier jour du temoin /Elle a parle des exactions des pro-Ouattara à l’ordre du jour

abobo-machette

Dernier jour d’interrogatoire pour Aurélie Fuchs. L’ancienne volontaire de la mission des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) a été interrogée par la défense de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé, notamment au sujet des exactions présumées du Commando invisible.

Par Camille Dubruelh

La section des droits de l’Homme de l’ONUCI a-t-elle enquêté sur des violations des droits de l’Homme commises par les groupes pro-Ouattara ? C’est ce qu’a cherché à savoir la défense lors de cette audience du mercredi 21 septembre. Aurélie Fuchs, volontaire de la mission onusienne lors de la crise postélectorale ivoirienne, a fait cas de plusieurs enquêtes sur le terrain relatives à ce genre d’incidents.

La chargée aux droits de l’Homme est notamment revenue sur l’une de ses missions à Anonkoua Kouté. Elle a évoqué un « village complètement déserté » à son arrivée, à l’exception de « quatre octogénaires » et de « jeunes (…) affiliés au Commando invisible », armés d’AK47 et d’armes blanches, ainsi que « des Dozos » arborant amulettes et habits traditionnels. La désertion du village était « d’autant plus surprenante » note le témoin, que l’ONUCI avait auparavant été informée de la présence de 2000 personnes, réfugiées à la paroisse Saint Mathieu. Il s’agissait, selon Aurélie Fuchs, de déplacés internes venus du quartier PK18 et d’Anyama,  des« Ebriés » qui avaient fui par crainte des exactions.

« Ils fuyaient les pro-Ouattara ? », demande Emmanuel Altit, l’avocat principal de Laurent Gbagbo. « Si on peut les appeler comme ça, oui », répond l’ancienne volontaire des Nations Unies. Après coup, le témoin a su « qu’une partie de ces personnes était allée se réfugier dans une autre paroisse » mais ignore « où sont partis les autres ». Des allégations lui étaient parvenues, faisant part de personnes brûlées dans un container. Ce container, Aurélie Fuchs l’a fouillé, mais « pas de traces de restes humains » à l’intérieur. Le témoin avoue ignorer si l’ONUCI a poursuivi son enquête pour découvrir ce qu’il était advenu des disparus.

Un rapport de l’ONUCI évoque les exactions commises par les pro-Ouattara

Autre mission menée par la division des droits de l’Homme de l’ONUCI suite à des allégations d’exactions commises par des pro-Ouattara, une enquête conduite dans l’ouest du pays. Si elle n’y a pas participé, Aurélie Fuchs dit avoir eu connaissance du rapport de cette mission, qui évoque les violations des droits de l’Homme commises par les Forces armées des forces nouvelles (FAFN). Rapport dans lequel était mentionné « Losseni Fofana » selon les dires du témoin. Les victimes de ces exactions ? Les « populations pro-Gbagbo » ou « identifiées comme telles en raison de leur ethnie » assure l’employée de l’ONU.

Jean-Serge Gbougnon, avocat de Charles Blé Goudé, a ensuite interrogé une nouvelle fois Aurélie Fuchs sur la crédibilité des témoignages recueillis lors de ses missions de terrain. Il a notamment été question de celle du 10 mars, une semaine après la marche des femmes à Abobo, lors de laquelle plusieurs personnes ont rapporté que les Forces de défense et de sécurité avaient tiré sur la foule. La chargée aux droits de l’Homme dit avoir vu, à son arrivée, une scène qui semblait être « restée en l’état » depuis l’incident, des sandales jonchant le bas-côté de la route. « Cela ne ressemble pas à une scène maquillée ? », avance l’avocat avant d’être repris par le président de la Chambre qui réclame « des faits ». L’avocat de Charles Blé Goudé interroge donc Aurélie Fuchs sur la crédibilité des propos recueillis ce jour, alors que membres du Commando invisible, armés, se trouvaient non loin de là. « Ils étaient un peu éloignés », justifie la chargée aux droits de l’Homme.

Avant que le témoin ne quitte la salle d’audience, la défense a encore posé quelques questions relatives à une rencontre entre Aurélie Fuchs et Charles Blé Goudé en 2014, avant le transfèrement de l’accusé à la Cour pénale internationale (CPI). Celui-ci lui aurait parlé de ses conditions de détention, « pas respectueuses de la dignité humaine », évoquant son isolement, des problèmes d’hygiène et de nourriture.

/ivoirejustice

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment