10192018Headline:

CPI-Procès Gbagbo/ Après les révélations de Mediapart/Voici ce qu’ Une ONG demande à Fatou Bensouda

Après les révélations du journal français d’investigation Mediapart sur de supposées manipulations et corruptions au sein de la Cour pénale internationale (CPI), la Fondation Ivoirienne pour l’observation et la surveillance de la Démocratie, des Droits de l’Homme et de la vie Politique (FIDHOP) demande la révocation de la procureure Fatou Bensouda et la suspension du procès de Laurent Gbagbo.

La FIDHOP se dit indignée après les révélations de Mediapart sur le renversement le 11 avril 2011 de Laurent GBAGBO et de de son procès à la CPI d’une part, et d’autre part des comptes détenus dans des paradis fiscaux par le premier procureur de la CPI, Luis Moreno OCAMPO. Face à ces révélations ”bouleversantes, scandaleuses”, la FIDHOP, qui a toujours dénoncé la CPI comme étant un tribunal instrumentalisé et manipulé par des grandes puissances, notamment la France, demande au Conseil de sécurité de l’ONU de traduire ”immédiatement” M. Luis OCAMPO devant un tribunal ; de révoquer Mme Fatou BENSOUDA qui était l’adjointe de M. Luis Moreno OCAMPO avant de le remplacer ; et de suspendre ”immédiatement” le procès Laurent GBAGBO, puisqu’il se confirme que ce procès est pipé d’avance pour le condamner.

« La FIDHOP demande au Conseil de sécurité de l’ONU de dissoudre cette CPI et mettre en place une Cour de Justice internationale ayant des prérogatives semblables à celles du Conseil de sécurité de l’ONU, dont tous les États membres de l’ONU seraient d’office membres et à qui les décisions de la Cour s’appliqueront ; et les procureurs et juges de cette nouvelle Cour seraient élus publiquement au cours d’une Assemblée Générale de l’ONU, avec des sanctions prévues pour tous manquements graves », insiste la FIDHOP.
David YALA

linfodrome

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment