07212018Headline:

CPI/ Revirement spectaculaire: Les trois juges de la CPI dans l’affaire Laurent Gbagbo contre le procureur, a droite le juge Henderson

Les trois juges de la CPI dans l’affaire Laurent Gbagbo et Blé Goudé contre le procureur. A droite, le juge Henderson. Photomontage utilisé à titre d’illustration.
Le juge Henderson, l’un des trois juges de la chambre de première instance dans l’affaire Laurent Gbagbo et Blé Goudé contre le procureur Fatou Bensouda, jusque-là hostile à la libération de Laurent Gbagbo, vient de changer d’opinion. Signe des temps.

En effet, selon les informations de première main en notre possession, le juge Henderson a craqué et avoué que les preuves fournies par Fatou Bensouda pour accuser Laurent Gbagbo et Blé Goudé étaient extrêmement minces pour les faire condamner.

Il est même allé plus loin en affirmant qu’aucune cour sérieuse ne saurait accorder un quelconque crédit à de telles preuves.
« Les noms des victimes reposent sur des rumeurs. Aucune chambre raisonnable ne devrait s’appuyer sur des rumeurs pour rendre son jugement », a-t-il également martelé. Ambiance !

Autant dire une attaque en règle en règle contre Fatou Bensouda et une invitation à peine voilée à la cour en faveur de la libération du Président Laurent Gbagbo et du Ministre Charles Blé Goudé se précise davantage.

En effet, le juge Henderson, jusqu’à présent, s’était à chaque fois opposé à la libération provisoire à accorder au Président Laurent Gbagbo. Sur les trois juges de la chambre de première instance, seul le juge-président exprimait une opinion dissidente de celle de ses deux autres collègues, et favorable à la libération de Laurent Gbagbo.

Avec les derniers aveux du juge Henderson, la libération du Président Laurent Gbagbo pourrait même s’accélérer.
Au moment où la chambre de première instance s’apprête le 1er octobre prochain, à ouvrir l’audience d’acquittement, la défense ne pouvait pas espérer mieux de la part d’un juge en charge du dossier.

Le plus célèbre détenu de la cour pénale internationale voit sa libération se rapprocher à grands pas.

Autant dire que l’acquittement de Jean Pierre Bemba et sa mise en liberté provisoire, de même que la jurisprudence qui en a résulté, a fini par délier la langue de certains juges, jusque-là réservés ou même réfractaires.

Pour rappel, initialement prévue le 10 septembre, l’audience d’acquittement a été reportée au 01 octobre 2018 et pourra se poursuivre en fonction des besoins, a déclaré le juge-président Cuno Tarfusser, le vendredi 22 juin dernier.

ivoirebusiness.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment