10222018Headline:

CPI: Selon Eric Mc Donald, Gbagbo et Blé Goudé seraient des manipulateurs, qui auraient usé de ruse pour endoctriner les populations.

Selon Eric Mc Donald, l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et son filleul Charles Blé Goudé seraient des manipulateurs, qui auraient usé de ruse pour endoctriner les populations. Il a egalement invité les juges a se pencher sur le fond et non sur la forme.

Le procureur Eric Mc Donald a terminé sa présentation ce mercredi, 03 octobre 2018, devant les juges de la Chambre de première instance de la Cour pénale internationale, dans le procès conjoint Laurent Gbagbo-Charles Blé Goudé. Pour le substitut de Fatou Bensouda, l’ex président ivoirien et son dernier ministre de la jeunesse, seraient des politiciens chevronnés, et habiles. A l’en croire, ces derniers auraient usé de ruse dans leurs messages, avec pour objectif d’endoctriner les populations. « M. Gbagbo et M. Blé Goudé sont des politiciens chevronnés et habiles qui ont manipulé les messages et se sont même présentés comme des victimes », a indiqué l’adjoint de Fatou Bensouda à la Chambre.

Il a cet effet demandé aux juges, de se pencher sur le fond et non la forme des discours des mis en cause. « La Chambre devrait aller au-delà d’une lecture superficielle de leurs propos », a-t-il demandé aux juges.

La Chambre, selon lui, devrait plutôt s’interroger, à qui étaient adressés ces messages? qui était l’auditoire? et la cible de ces messages.

Il a également invité M. Cuno Tarfusser et ses collaborateurs à se pencher sur le contexte global dans lequel s’inscrit les appels de ces deux coaccusés. Car selon lui, la résultante de ces messages malgré leur caractère angélique? était « des civils lynchés, et incendiés à des barrages érigés avec l’approbation du gouvernement, la collaboration entre milices et armées, des messages de propagande de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI), et des éléments vidéo montrant des jeunes pro-Gbagbo prêts à tuer ».

De l’avis de l’accusation, les deux coaccusés auraient tout au long de la crise, eu des actes et conduite qui, selon elle, auraient mené à la commission d’actes de violences des forces pro-Gbagbo. Nous demandons à la Chambre de rejeter les deux requêtes dans leur globalité », a conclu le procureur

Rappelons que durant les 3 jours de son réquisitoire, l’accusation s’est évertuée à présenter des éléments de preuves susceptibles de faire couler l’ex-président ivoirien et son ancien ministre de la jeunesse.

Jean Kelly Kouassi (Stg)

jeune afrique

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment