10242018Headline:

CPI: Stéphanie Maupas pense que le cas Bemba, encore frais dans les esprits, pourraient pousser les juges à reporter leurs décisions d’ici janvier 2018.

Spécialiste de la Cour pénale internationale (Cpi), la journaliste Stéphanie Maupas a été l’invitée, ce lundi matin, de radio-France internationale (Rfi). Dans cet entretien, l’interlocuteur de Christophe Boisbouvier, qui est basée à La Haye, parle de la reprise du procès des détenus ivoiriens, l’ex-président Laurent Gbagbo et son ministre Charles Blé Goudé. Elle donne son point de vue sur leur chance de libération.

Stéphanie Maupas, qui vit à la Haye et côtoie au quotidien le dossier Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé en sait davantage sur la reprise et ce qui va se passer pour la suite du procès de ces ex-dirigeants ivoiriens. La consœur, dans son entretien sur Rfi, a donné de nouveaux détails sur la conduite de ce procès. Avec elle, on ne devrait pas s’attendre à un verdict dans les jours à venir, même si les audiences annoncées ne vont durer que cinq jours. « Il n’y aura pas de décision avant plusieurs mois. A partir de ce lundi, ce sera cinq jours de débats où les partis vont simplement défendre leurs positions. Mais, après, il va y avoir plusieurs mois. On parle de décembre pour une décision ».

A propos de cette décision, Stéphanie Maupas laisse entrevoir trois scénarios possibles. Le premier scénario concerne « la confirmation des charges » contre Laurent Gbagbo et Blé Goudé. En ce moment-là, poursuit la journaliste auteur de ‘’ Le joker des puissants, le grand roman de la Cour pénale internationale’’, le procès pourrait se poursuivre pendant à peu près deux ans pendant lesquelles les Défenses viendront présenter leurs témoins.

Le scénario II porte sur un possible « acquittement partiel » des prévenus. Dans ce cas, il s’agit du retrait des poursuites sur un ou deux chefs d’accusation retenus contre eux.

Enfin, le dernier scénario ne saurait être que « l’acquittement total ». Un schéma qui pourrait conduire à d’autres probabilités dans la conduite du procès.

S’ils sont acquittés, en effet, rien ne dit que l’ex-président, Laurent Gbagbo, et son dernier ministre de la Jeunesse, Charles Blé Goudé, seront libérés automatiquement. Selon la journaliste spécialiste de la Cpi, il y a de fortes chances que le Procureur fasse appel de la décision qui serait rendue dans ce sens. « Là, il n’y a pas de réponse définitive, pas de règle écrite dans le code pénal de la Cour. Soit les juges décident de libérer provisoirement les détenus, le temps d’attendre l’appel, soir ils décident de les maintenir en détention. Maintenant, en attendant, j’ai l’impression que la tendance est à la libération », laisse échapper Stéphanie Maupas, qui évoque encore une autre situation.

A l’en croire, si le juge décide d’acquitter seulement sur une partie des charges dans le cas de Laurent Gbagbo, il y a de fortes chances également que la Défense fasse une nouvelle demande de mise en libération. Laquelle pourrait être analysée positivement en tenant compte de plusieurs principes et facteurs favorables aux détenus. « Comme dans la demande de libération le temps compte énormément, parce que les accusés sont censés être jugés dans des délais raisonnables, cette fois il pourrait avoir une décision un peu différente de la Cour qui a jusqu’ici refusé cette demande de mise en liberté provisoire. Là, les juges pourraient finalement s’entendre tous les trois, puisque jusqu’ici, il n’y a que deux juges qui se sont prononcés en faveur du maintien en détention ». Mieux, poursuit l’invitée de Rfi, il serait difficile dans le contexte actuel de justifier un maintien en détention des ex-dirigeants ivoiriens après la mise en liberté des partisans de Laurent Gbagbo par les autorités ivoiriennes actuelles dans le cadre de la réconciliation en Côte d’Ivoire. Ce qui ôte l’argument qui a servi jusque-là à refuser la liberté aux pensionnaires de la Haye. La Cour ayant toujours invoqué les réseaux de l’ex-chef de l’Etat, et les craintes que pourraient susciter sa libération.

F.D.BONY

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

RFI.info

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment