08192017Headline:

CPI: Voici les noms de tous les pays qui sont prêt pour accueillir Laurent Gbagbo

La Cour pénale internationale (CPI) statue ce mercredi après-midi, à travers sa Cour d’appel sur une probable libération conditionnelle de Laurent Gbagbo détenu depuis cinq ans à la prison Scheveningen aux Pays Bas et après 11 refus d’une mise en liberté conditionnelle.

La défense de l’ex-chef d’Etat ivoirien a fait appel en mars dernier suite au refus de la Cour d’accorder une liberté conditionnelle à Gbagbo parce qu’il jouit d’”un vaste réseau de supporters pouvant permette sa fuite”.

Ce sur quoi la défense a répliqué en reprochant à la Cour de ne pas pouvoir prouver ce plan d’évasion et que Gbagbo est uniquement détenu parce qu’il “jouit d’une grande popularité”.

Tout compte fait, le président de la Chambre Cuno Tarfusser estime que le “délai raisonnable” d’une détention provisoire tel que prévu par la loi a été largement atteint.

De ce fait, en cas de libération conditionnelle de Laurent Gbagbo, quel pays pourrait le recevoir ?

D’abord, l’ex chef d’Etat ivoirien pourrait se rendre dans un pays signataire du traité de Rome, fondateur de la CPI et de préférence sur le continent africain, selon MHabiba Touré.

Ensuite, Me Emmanuel Altit et son équipe qui s’occupent des intérêts du détenu ont soumis une liste (confidentielle) de pays susceptibles d’accueillir l’ancien opposant à Felix Houphouët-Boigny à la Cour et c’est aux juges de décider du pays d’accueil.

Enfin, Et la Côte d’Ivoire où le temps semble s’arrêter face à cette probable libération provisoire ? Les supputations vont bon train depuis cinq ans mais se font de plus en plus perceptibles ces dernières heures.

Les relations entre Gbagbo et les tenants du pouvoir actuel en Côte d’Ivoire n’étant pas au beau fixe, cette destination est donc inenvisageable. Et ce ne sont pas les pays frontaliers qui songeront à accueillir cet “encombrant colis”

Cependant, selon un ancien conseiller de Gbagbo “De nombreux chefs d’État africains sont d’accord pour que Gbagbo vienne chez eux mais ils ne tiennent pas forcément à ce que cela se sache dès maintenant”.

Encore que malgré une mise en liberté provisoire, le procès pourrait durer près de sept à huit ans encore.

Le plus important est que mis en liberté, Laurent Gbagbo ne sera plus en prison mais suivra le reste de son procès dans une résidence surveillée.

L’Ouganda, l’Afrique du Sud, le Soudan, le Zimbabwe, l’Angola, le Kenya, …la Hollande pour le recevoir? Rendez-vous à 14H30, heure d’Abidjan pour le verdict de la Cour d’appel de la CPI.

imatin

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment