07262017Headline:

CPI/Procès de Gbagbo et Blé Goudé: Grosse polémique autour d’un témoin / Toute la verité

Greffier de la CPI

Procès de l’ex-Président et Blé Goudé: Grosse polémique autour d’un témoin

La réaction de l’intéressé

Partira ? Partira pas ? La polémique enfle depuis que le bruit court qu’Al Moustapha est invité à témoigner à la Cour pénale internationale (Cpi).

L’information a été d’abord balancée par un site d’information, puis reprise par un autre durant toute la journée vendredi 11 mars 2016, avant d’être remise en cause. En effet, depuis la matinée, jusque tard dans l’après-midi, l’information trônait sur deux sites. L’on annonçait que l’ex-leader du mouvement “J’aime Gbagbo” et membre de l’ex-galaxie patriotique allait être entendu à la barre, après le témoignage de Sam l’Africain. Son nom, il est vrai, avait circulé quand l’identité de certains témoins avaient été malencontreusement révélée au tout début du procès de Gbagbo et Blé Goudé. On avait prétendu qu’il figurait au nombre de personnalités pro-Gbagbo qui devaient venir témoigner pour le compte de l’accusation. Aussi l’information faisant état de son intervention à la barre, les jours à venir, avait-elle paru crédible. D’autant que joint par téléphone par le confrère qui rapportait l’information, l’intéressé déclarait: “Des choses se sont passées dans notre pays. J’étais dans un camp. J’ai senti que la situation allait devenir grave. J’ai participé à des réunions pour planifier la résistance, et pour dire non à l’arrivée au pouvoir du Président Ouattara, par tous les moyens. J’ai alerté mes amis, qui m’ont insulté. Je n’irai pas pour inventer des faits, mais pour dire des choses que tout le monde peut vérifier. Je n’ai pas peur de témoigner. Il s’agit de faire ma part face à l’histoire”. Et d’ajouter: “Le reste dépendra des juges, du Procureur, du travail de la défense et surtout de Dieu. Ce n’est pas mon témoignage qui va enfoncer ou libérer. Mais il aidera à comprendre ce qui s’est passé. Nous devons, au-delà de la prison, au-delà du sort de Charles Blé Goudé et de l’ex-président Laurent Gbagbo, parvenir à établir une vérité historique”. L’affaire est, en effet, si sérieuse que l’on ne saurait imaginer un individu s’amuser à avancer qu’il a été invité à venir témoigner à la Cpi. Seulement voilà, dans la soirée, l’un des sites qui a rapporté l’information, est revenu là-dessus pour faire cette précision: “Après vérifications, Al Moustapha, qui s’annonce comme témoin à la Cpi, donne une information incorrecte. Il n’est point témoin, en tout cas pas à la Cpi”. Que croire, en définitive ? Le moins qu’on puisse dire, c’est que le passage annoncé du sulfureux Al Moustapha devant la Cpi suscite déjà la polémique. Cet ex-membre de la galaxie patriotique ira-t-il vraiment dire ce qu’il sait des manœuvres du camp Gbagbo durant la crise post-électorale ? On attend de voir.

 

Après vérifications, Al Moustapha qui s’annonce comme témoin à la CPI, donne une information incorrecte. Il n’est point témoin, en tout cas pas à la CPI.

Des choses se sont passées dans notre pays. J’étais dans un camp. J’ai senti que la situation allait devenir grave. J’ai participé à des réunions pour planifier la résistance, et pour dire non à l’arrivée au pouvoir du Président Ouattara, par tous les moyens. J’ai alerté mes amis, qui m’ont insulté. Je n’irai pas pour inventer des faits, mais pour dire des choses que tout le monde peut vérifier. Je n’ai pas peur de témoigner. Il s’agit de faire ma part face à l’histoire. Le reste dépendra des juges, du Procureur, du travail de la défense et surtout de Dieu. Ce n’est pas mon témoignage qui va enfoncer, ou libérer. Mais il aidera à comprendre ce qui s’est passé. Nous devons au-delà de la prison, au-delà du sort de Charles Blé Goudé et de l’ex président Laurent Gbagbo, parvenir à établir une vérité historique»,

Assane NIADA

Soir Info

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment