11132018Headline:

Création du Rhdp unifié, mariage forcé ou mariage arrangé ?

Mariage forcé ou mariage arrangé ? Les Ivoiriens sont encore dans un flou artistique quant à la création du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) unifié, tant le processus est brouillardeux voire confus.

Le président d’honneur du Rassemblement des républicains (Rdr), Alassane Ouattara, lors du 4ème congrès extraordinaire de son parti, le samedi 5 mai 2018, au Palais des sports de Treichville, a demandé à la direction du Rhdp de déposer au ministère de l’Intérieur et de la sécurité, les textes fondateurs du Rhdp unifié. Il a aussi souhaité que dans les meilleurs délais, se tienne un congrès constitutif du Rhdp.

Or, seules deux des 6 composantes de cette coalition ont ratifié ces textes. Une manière pour lui de mettre la pression sur les autres ou à leur forcer la main ? Le processus dans la mise en place du Rhdp est notamment semé d’embuscades, de revirements, de promesses chimériques, de chantages, de fausses illusions et de ruse. Il y a eu, au départ, une adoption des textes, par acclamation, du Parti ivoirien des travailleurs (Pit) le 29 avril 2018, précédé d’un cinglant refus de l’Union pour la Côte d’Ivoire (Upci) de Me Soro Brahima. Le président de cette formation politique avait pourtant ratifié l’accord de création du Rhdp. Pis, sur les antennes de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (Rti 1), Me Soro Brahima a estimé, lundi 7 mai dernier, dans l’émission « Instant vérité », que son parti n’est pas à marchander pour des postes ministériels. Il semblait directement répondre au chef de l’État, Alassane Ouattara, qui, du haut de la tribune du congrès extraordinaire du Rdr, samedi 5 mai 2017, après avoir pris acte de la décision de l’Upci, a indiqué que ce parti ne participerait pas au prochain gouvernement Rhdp.

Le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci-Rda) de l’ancien chef de l’État, Henri Konan Bédié, dont des cadres ne font pas mystère de leur opposition au Rhdp avant 2020, fait le dos rond. Aucun congrès, ni réunion du Bureau politique, encore moins du Secrétariat exécutif sur cette question, n’est annoncé. Pas plus qu’une convention à l’horizon 2020. Mais, une chose est certaine. Les journées d’hommeage à Bédié semblent être la priorité du Pdci… Le parti du « Bouddha » de Daoukro aura bel et bien son candidat en 2020, et espère vivement un retour de l’ascenseur de la part du Rdr. Une requête qui a peu de chance de prospérer.

L’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (Udpci) dont le président est, Albert Mabri Toikeusse, s’est déjà mis en orbite pour la présidentielle de 2020. Le Mouvement des forces d’avenir (Mfa) est tiraillé entre trois tendances (Moutayé, Anaky et Siaka Ouattara), même si le camp Moutayé a annoncé un congrès, le samedi 19 mai 2018, à Yamoussoukro, sur la question.

On le voit : l’idée de la mise en place d’un Rhdp unifié est là, couchée sur papier, à travers l’accord de principe. Mais, le projet, en lui-même, est encore au stade du virtuel. Seul le Rdr et le Pit ont déjà adopté les textes portant création du Rhdp sur les six formations politiques qui composent la charpente de cet édifice politique. Le congrès constitutif du Rhdp n’a pas encore eu lieu. Black-out total sur les statuts et règlement intérieur du Rhdp. Mais, le président d’honneur du Rdr, Alassane Ouattara, qui tient, de façon mordante, à la naissance du Rhdp, a d’ores et déjà ordonné de déposer, illico-presto, les textes fondateurs au ministère de l’Intérieur et de la sécurité, quand bien même 4 des six partis n’ont encore rien décidé.

Par ailleurs, c’est le format politique que devrait avoir le Rhdp qui laisse certains observateurs perplexes. Car, si l’on s’en tient aux déclarations d’Alassane Ouattara qui soutient que « le Rhdp n’est pas une obligation, il se fera avec ceux qui le voudront », il se pourrait que le Rhdp soit une coalition occasionnelle voire ponctuelle en vue de la seule présidentielle de 2020 avant de mourir de sa belle mort plus tard. Dans ce format, pour le moins atypique, chaque parti pourrait ne pas avoir la faculté de se choisir son candidat. C’est dans cette optique que le chef de l’État, candidat putatif à sa propre succession, veut, pour évacuer l’inflammable question du choix du candidat en 2020, l’organisation d’un référendum en interne, une sorte de primaire au sein du Rhdp. Évidemment, s’il se présente, il a 1000 % de chance d’être désigné candidat du Rhdp… « J’ai toujours indiqué que tout le monde pourra être candidat en 2020. Et c’est vous les congressistes du Rhdp qui choisirez qui sera notre candidat pour la présidentielle de 2020 », a-t-il assuré, samedi, s’adressant aux congressistes de son parti.

Entre marché de dupes et jeux de rôle, dans cette affaire du Rhdp où certains acteurs ne jouent pas franc jeu, on est encore dans une nébuleuse totale. Mariage forcé, mariage arrangé ou mariage obligatoirement arrangé ? Les Ivoiriens se posent des tas de questions… Relativement à tous ces facteurs, ils sont nombreux, les observateurs qui estiment, aujourd’hui, que le processus est mal enclenché, et que le Rhdp pourrait connaître une mort fœtale.

 

linfodrome

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment