09212018Headline:

Crise au sommet- Rhdp: Les relations actuelles Henri Konan Bédié- Alassane Ouattara n’ont rien d’une lune de miel.

Ce communiqué, en date du 8 août 2018, que le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) a signé, annonçant son retrait du processus de mise en place du Rhdp et son intention de promouvoir une nouvelle plateforme, avait bien les caractéristiques du divorce. Quand, en plus, joignant l’acte à la parole, M. Bédié a, tantôt, reçu Pascal Affi N’guessan, tantôt, dépêché des émissaires chez Simone Ehivet Gbagbo, personne n’était en droit de douter d’une alliance Pdci-Fpi en gestation. Il y a, pourtant, au sein du Pdci-Rda, des personnalités de premier rang qui sont convaincues que la mésentente Henri Konan Bédié- Alassane Ouattara sera surmontée et que les deux dirigeants se retrouveront autour d’une même table.

Patrick Achi, actuel secrétaire général de la présidence de la République, Aka Aouélé, ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, François Albert Amichia, ministre de la Ville, ou encore Fofana Siandou, ministre du Tourisme, sont de ces cadres du Pdci-Rda qui croient fermement que la parenthèse des relations tumultueuses Bédié-Ouattara sera, tôt ou tard, refermée. Selon nos informations, la plupart des ministres Pdci ayant accepté le parrainage du Rhdp pour les élections régionales et municipales ont mis en avant l’argument selon lequel il était important de maintenir le fil avec le Rassemblement des républicains, et son président d’honneur, Alassane Ouattara. « L’un d’entre eux a fait passer ce message au président Bédié : il ne faut pas totalement rompre avec les alliés. Aller en Rhdp à ces élections locales pourrait, dans un avenir proche, s’avérer utile. Les héritiers politiques d’Houphouët finiront nécessairement par se retrouver », rapporte une source ministérielle.

Cette idée que les « héritiers politiques » de feu Félix Houphouët-Boigny se retrouveront « nécessairement » est largement partagée par le président du Sénat, Ahoussou Kouadio Jeannot, vice-président du Pdci. Présent à Tafiré (nord), samedi 1er septembre 2018, pour l’inauguration de l’hôtel de ville, Ahoussou Jeannot a usé de cette formule populaire pour camper les relations Henri Konan Bédié-Alassane Ouattara : « c’est ton pied mon pied ». Cet ancien Premier ministre qui n’a jamais quitté les cercles de pouvoir ces dix dernières années, a souvent joué les missi dominici entre MM. Ouattara et Bédié. A Tafiré, il a déclaré : « Aujourd’hui, qui dit Alassane Ouattara dit Houphouët-Boigny ; qui dit Henri Konan Bédié dit Houphouët-Boigny. Les divergences d’un moment ne doivent pas nous amener à nous séparer. Dans toutes les familles, il y a des moments où il y a des divergences, mais on ne se sépare jamais. Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié, c’est ton pied mon pied jusqu’à la mort. Nous n’avons pas le droit de nous séparer, nous les enfants d’Houphouët-Boigny ». Ahoussou Jeannot a appelé tous les partis houphouëtistes, notamment le Pdci-Rda, le Rdr et l’Udpci, à « faire bloc » afin de « sauver et développer la Côte d’Ivoire ».

Sans doute, assurés qu’une lueur d’espoir existe, les responsables du Rhdp parti unifié, dans la réponse qu’ils adressaient, jeudi 16 août 2018, à Henri Konan Bédié, suite à son communiqué actant son retrait du Rhdp, ont laissé la porte entrouverte : « confiants que c’est dans l’union des fils et filles d’Houphouët-Boigny que la Côte d’Ivoire peut préserver la paix et la stabilité, les partis membres fondateurs du Rhdp, réitèrent leur volonté de voir les enfants de Félix Houphouët-Boigny réunis à nouveau pour poursuivre l’œuvre de développement du père fondateur ». Henri Konan Bédié a-t-il été touché par ce morceau de texte ? Dans son entourage, certains veulent croire qu’entre Alassane Ouattara et son « aîné », rien n’est définitivement perdu.

Kisselminan COULIBALY

abidjan.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment