07082020Headline:

Critères d’éligibilité à la présidentielle du PDCI : Adjoumani, Rhdp se mêlerait-il de ce qui ne le regarde pas


Le porte-parole du rhdp Kobenan Kouassi Adjoumani s’est attaqué mardi 02 juin 2020 au PDCI-RDA, suite aux propositions de textes qui ont fuité.  AbidjanTV vous laisse lire les propos du Ministre RHDP.


‘’ Dans la perspective de la future convention qui doit désigner le candidat du PDCI à la présidentielle d’octobre 2020, le Président Bédié, candidat déclaré a fait élaborer des critères d’éligibilité plus contraignants que ceux édictés par la Constitution elle-même. Des critères qui s’apparentent à des critères-barrières, pour confiner et faire barrage à des adversaires potentiels.
Ainsi, comme par l’effet d’une baguette magique, les conditions d’éligibilité édictées par le maître d’œuvre M. Guikahué écartent systématiquement de la course à l’investiture des candidats comme Jean Louis Billon, Thierry Tano, Tidjane Thiam, KKB, KKP et d’autres soupirants à l’investiture du parti.

L’exigence des « dix années de présence continue au Bureau politique » par exemple est une clause qui élimine de facto la plupart des candidats déclarés. Ainsi, avant même d’ouvrir les portes de la Convention, le PDCI a déjà choisi son candidat à la présidentielle.
Quelle prouesse démocratique ! Le « D » de démocratique vient d’être définitivement retiré du sigle du PDCI qui est devenu le plus grand cimetière national de la démocratie.
Par conséquent, ceux qui croyaient que le Parti Démocratique de Côte d’Ivoire était encore le creuset de la démocratie devraient vraiment se raviser. J’en viens encore à me demander aujourd’hui qu’aurait fait M. Bédié s’il se trouvait à la place du Président Alassane Ouattara dans la mise en œuvre des réformes du code électoral et de la Constitution avant l’élection présidentielle d’octobre.
Car, voilà un parti politique qui crie à la dictature, qui boycotte le dialogue politique sous prétexte que les réformes engagées par le Gouvernement ne sont pas de nature à garantir des élections inclusives, transparentes et démocratiques et qui, dans le cadre de ses réformes internes adopte un « code électoral » qui exclue, bannit, rejette des candidatures pour ouvrir le boulevard au « candidat naturel ». ‘’


Cette sortie fracassante du Ministre RHDP, soulève un forte indignation du Pdci-Rda.


“C’est avec un sourire dans le coin du visage que nous avons lu la sortie de M. Kouassi Kobenan Adjoumani, ministre de la République et cadre du parti avatar RHDP-RDR se prononçant sur un supposé critérium d’éligibilité au sein du PDCI-RDA.
Coutumier de ce genre de déclarations viles et maladroites, cette personnalité aux valeurs politiques fluctuantes s’exprime en toute méconnaissance des règles de fonctionnement de son ancien parti qu’il avait espérer faire disparaître il y’a deux ans par toutes sortes de gymnastiques non prévues par la loi.
L’on comprend aisément qu’il se retrouve là où les décisions ne sont issues d’aucun texte normatif comme le prouve la désignation du candidat du RHDP-RDR le 12 mars dernier au cours d’un Conseil Politique.
Aujourd’hui attablé au banquet du plus grand restaurant politique et en train de donner de la voix, comme pour dire merci au Maître cuistot, M. Adjoumani voudrait faire croire à l’opinion que c’est son parti qui a désigné un candidat au nom de sa proximité continu aux côtés de leur président actuel et de sa loyauté et sa fidélité à ce dernier qui serait un modèle à suivre… Ahurissant !
À la différence d’eux, le PDCI-RDA demeure et reste de loin un modèle en terme de structuration sur l’échiquier politique ivoirien.
Pour la gouverne de M. Adjoumani, avant la tenue d’une convention, un comité de coordination de l’organisation de cet évènement important est constitué au cours d’un Bureau Politique et avec pour mission de proposer des projets relatifs à la convention.
Ce comité conçoit tous les actes nécessaires à la tenue de la convention pour être examiner par un Bureau Politique afin d’être enrichi puis validé pour faire foi !
Le PDCI-RDA n’a donc pas encore officialisé le texte portant critères d’éligibilité des candidats à la future présidentielle se réservant donc le droit d’épuiser tout le dispositif normatif en vigueur. Ainsi donc, rien n’est inventé car tout est prévu par les textes et su par les membres de ce grand parti.
Mais on ne s’étonne pas que M. Adjoumani ne puisse pas saisir ces subtilités, lui qui est un fier militant d’un parti spécialiste en confiscation de logos d’autres partis donc inapte à intégrer les bonnes pratiques démocratiques.
Au lieu que le griotisme de M. Adjoumani veuille éduquer le PDCI-RDA sur des notions qui visiblement avec lesquelles son parti est en conflit, qu’il se concentre à vendre le projet utopique de son candidat qui rassure de moins en moins son camp.
Que M. Adjoumani retienne que les hautes fonctions qu’il occupe doivent faire jaillir le meilleur de lui et l’empêcher d’ouvrir de telles polémiques dignes des débats du rond-point d’Abobo !
Car en définitive, porter la parole pour une personnalité publique requiert des valeurs que M. Adjoumani devrait apprendre avant toute chose. Sinon le silence devient une exigence incontournable…
Enfin, la question de la sélection des candidats au sein des partis politiques est du domaine privé que Gallagher et Marsh nomment à juste titre le “jardin secret” de ces phénomènes partisans qui reposent à la fois sur des règles normatives et des pratiques nées de la culture politique.
C’est pourquoi, le PDCI-RDA ne donnera suite à aucun débat stérile visant à le détourner de sa trajectoire de reconquête du pouvoir d’Etat qui du reste demeure l’objectif majeur en cette année électorale.” Rapport le service de communication du Partie Démocratique de Côte d’Ivoire sur sa page Facebook.

Sapel MONE

Comments

comments

What Next?

Related Articles