12142018Headline:

Dans le cadre des élections locales du samedi 13 octobre 2018, Clashs au sein du Rhdp et duels en perspective entre partisans du même camp.

Clashs au sein du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) et duels en perspective entre partisans du même camp, dans le cadre des élections locales du samedi 13 octobre 2018. A peine mis sur pied, le Rhdp unifié va affronter sa première grave crise interne. Une situation qui pourrait, immanquablement, avoir des conséquences fâcheuses sur l’équilibre de la formation politique du chef de l’État, au terme de ces élections locales.

Persuadés qu’ils présentent les meilleurs profils et l’audience populaire de leur côté, pour remporter ces scrutins, plusieurs candidats du Rhdp unifié (coalition du Rdr, de l’Udpci et des blocs du Pit, de l’Upci et du Mfa) ont transgressé les clauses de « non-agression» en vigueur au sein du parti, pour se porter candidats indépendants. Ces « indépendants » sortis des entrailles du Rhdp unifié vont ainsi affronter les candidats officiels désignés par leur propre parti.

C’est le cas notamment à Divo où Famoussa Coulibaly, député de Divo issu de l’Union pour la démocratie et pour la paix en Côte d’Ivoire (Udpci), va affronter Amédé Kouakou, ministre de l’entretien routier, candidat du Rhdp unifié. Albert Mabri Toikeusse, le président de l’Udpci est Vice-président du Rhdp unifié. « Je suis fier d’agir pour ma population. Mais, également, je mesure la lourdeur de la responsabilité. Et, je crois bien que pour Divo, nous irons jusqu’au bout, pour permettre un nouveau départ, surtout un changement de mentalité, de comportement des acteurs politiques. Il ne faut pas avoir peur. Donc, nous venons avec un sentiment bien rempli, pour répondre à l’appel du peuple Djiboua. J’appartiens au peuple de Divo. Il m’a lancé un appel. Je pense que j’ai l’onction du peuple. Le peuple de Divo, les populations de Divo n’aiment pas la trahison. On tient à tout, mais notre dignité avant tout. Mon parti ne peut pas aller à l’encontre de la volonté des populations de Divo. Et, j’assume. Et je parle en mon nom propre », a-t-il martelé, mercredi dernier, lors du dépôt de sa candidature indépendante à la Cei.

A Yopougon, le maire Rdr sortant, Gilbert Kafana Koné, candidat du Rhdp unifié, croisera un membre du Rassemblement pour la Côte d’Ivoire (Raci) qui a pour référent Guillaume Soro. Il se nomme Yéo Baba, Coordonnateur régional de ce mouvement. A Cocody, le candidat sponsorisé par le Rhdp unifié, N’Goan Aka Mathias, maire Pdci sortant, aura en face de lui, Koné Colette, candidate indépendante.

Scénario quasi identique à Lakota. Samy Merhy, le maire Rdr sortant, qui n’a pas réussi à avoir le parrainage du Rdr, va croiser le fer avec Abdoulaye Kouyaté, chef de cabinet de la ministre Kandia Kamisssoko Camara, tête liste du Rhdp unifié. Il en sera de même à Issia où Célestine Tazéré Olibe, proche de Guillaume Soro, Secrétaire générale adjointe (Sga) du Rdr chargée du monde associatif, a déposé sa candidature indépendante, pour tenter de faire tomber le candidat officiel du Rhdp unifié, Fanny Karim.

Extrême fragilité

Dans le Gboklê, notamment dans la commune de Fresco, Alain-Michel Lobognon, maire sortant, également proche de Guillaume Soro, président de l’Assemblée nationale et Vice-président du Rdr, sera opposé à Beugrefoh Tchekré Fulbert, candidat du Rhdp unifié. « Je suis le maire sortant de Fresco. Et je viens de faire acte de candidature pour les élections municipales à Fresco », a dit, mercredi, Lobognon, affirmant ne pas être frustré parce que non parrainé par le Rassemblement des républicains (Rdr, parti présidentiel) dont il est l’un des cadres. « En tant que citoyen, je suis libre d’aller en indépendant, comme ce fut le cas en 2011, ou d’aller en Rhdp comme en 2016 », a-t-il soutenu.

Il en va de même pour Issiaka Fofana. Ce cadre Rdr bon teint, tentera de mettre en difficulté, dans le Worodougou, aux régionales, Bouaké Fofana, candidat du Rhdp unifié.

Albert Mabri Toikeusse, l’un des fondateurs du Rhdp unifié, sera défié, sur ses terres du Tonpki, par une équipe sortie des « côtes» du Rhdp unifié, en particulier, de l’Udpci. Il s’agit de la liste « Tonkpi débout », conduite par Magloire Danin, député de Bin Houyé, Goulalé commune et sous-préfecture. « Nous sommes candidats parce que nos parents nous ont demandé d’être candidat. Nos parents nous appellent, on doit partir… Tout ce que nous faisons, ne va pas saboter leur plan et vision politique. On est neutre et c’est l’unité que nous faisons. On va juste à la conquête du pouvoir dans la collectivité, pour pouvoir démontrer ce que nous pouvons faire dans le cadre de la gestion des choses apolitiques », a-t-il fait valoir lors de sa déclaration de candidature, le 21 août 2018, à Abidjan. Sa liste est composée, entre autres, de Francis Pédou Guéï, fils du défunt général Robert Guéi, fondateur de l’Udpci. Francis Pédou Guéi, baptisé « le Macron du Tonpki », est le 1er Vice-président chargé du département de Biankouma sur cette liste.

Plusieurs candidats indépendants issus du camp présidentiel ou du Pdci-Rda, dont Léopoldine Tiézan Coffie, ont fait acte de candidature. Cette ancienne présidente de l’union des femmes du Pdci (Ufpdci) défiera Alphonse Djédjé Mady, candidat officiel du Pdci, dans la région du Haut-Sassandra.

Autre lieu, même scenario. Deux cadres du Pdci croiseront les gants à Marcory, à travers Georges Monney, Conseiller municipal Pdci, et Aby Raoul, maire Pdci sortant.

Il faut dire que le parti Rhdp unifié ainsi que le Pdci traversent des crises internes majeures dans le cadre de ces élections locales. Les castings que ces deux partis ont opérés pour arrêter leur liste ont mis à nu l’extrême fragilité de leur structure politique et l’indiscipline caractérisée de certains cadres.

Armand B. DEPEYLA

 

koaci.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment