10242020Headline:

Décès de Maman Gbagbo : L’offre du gouvernement etait politique : Il faut arrêter un peu !

maman gbagbo

Décès de Maman Gbagbo : L’offre du gouvernement à la famille n’était pas humanitaire, mais politique

Décès de maman Gbagbo : Il faut arrêter un peu ! (article synthèse de nos propos sur le cas)

C’est un fait que la situation ait tourné au drame entre les mains des membres de la famille de Gbagbo qui se sont occupés de Dame Gado Marguerite, pour X ou Y raisons, mais il faut aussi avoir l’honnêteté de reconnaître et le courage de dire que l’offre du gouvernement ivoirien n’était pas une offre humanitaire, mais plutôt une offre politique.
Ouattara et son gouvernement voulaient juste se faire passer pour généreux et se tailler une image d’humanistes, en proposant une prise en charge de l’état pour la mère de Gbagbo. Il faut arrêter de faire croire que Ouattara est généreux par nature et qu’il a voulu sauver la mère de Gbagbo.
Si Ouattara est tant généreux et qu’il sait si bien offrir l’offre de l’état pour sauver des citoyens malades, alors qu’il offre cette assistance de l’état à Yapi Didier, qui en a actuellement besoin et qui est obligé de mendier la générosité individuelle des citoyens pour survivre, alors que cette assistance de l’état est un droit.

Au delà du cas  Yapi Didier, voici le cas de tous les citoyens qui sont dans des situations de maladie de longue durée qui se trouvent dans nos hôpitaux et qui meurent en silence. Si le gouvernement est vraiment généreux et humain, et que Ouattara veut nous montrer qu’il est préoccupé par la vie des citoyens de ce pays, qu’il le prouve en faisant prendre en charge ces cas par l’état.

Cette vieille est décédée certes, mais sa famille avait les moyens de la soigner sans avoir besoin de l’aide du gouvernement et en plus, elle n’a jamais dit qu’elle avait besoin de l’assistance de Ouattara ou celle de l’état . Par contre Yapi Didier lui, il dit qu’il veut qu’on l’assiste et son père a même lancé un SOS dans ce sens.

Il s’agit quand même de la mère de Gbagbo qui lui-même n’est pas un jeune de 20 ans ! La vieille pouvait rester au Ghana, elle a choisi librement de rentrer, pas pour venir recevoir des soins. Il y a autant d’hôpitaux au Ghana qu’en Côte d’Ivoire.

Quand une personne d’un certain âge choisie de rentrer chez elle, elle seule sait pourquoi elle rentre. Il faut donc arrêter de mettre l’accent sur le fait qu’elle et sa famille aient refusé l’offre de Ouattara !
Souvent les gens savent quand ils doivent partir et en ce moment là ils n’ont besoin de l’aide de personne, car ils savent que le chemin doit s’arrêter.

Cette offre politique de Ouattara à quelqu’un qui voulait aller finir ses jours près des siens est une offre hypocrite et politiquement intéressée qui ne nous intéresse pas !
L’offre de Ouattara qu’on attend, c’est celle qu’il doit faire à ceux qui sont mourant et sans ressources et qui sont parfois dans la fleur de l’âge, comme c’est le cas de Yapi Didier, et qui ont le droit à l’assistance et à la solidarité de l’état.

Ouattara et ses hommes devraient sagement arrêter cette campagne négative qui instrumentalise ce décès de la mère de Gbagbo. Cela ne les honore pas, car loin du résultat qui est celui de vouloir s’en servir pour se tailler une image d’humaniste tout en faisant une publicité négative à leurs adversaires politiques, cela expose une forme de cynisme froid qui est dégoûtant surtout que les faits nous démontrent que Ouattara est loin d’être un humaniste qui se préoccupe tant de la santé d’autrui et de celle des citoyens ivoiriens dans le besoin d’assistance.  Au lieu de persister dans une communication politique hypocrite et indigne, qui vise à culpabiliser publiquement la famille de Gbagbo et son parti, en communicant sur le fait qu’on a voulu offrir l’aide de l’état pour soigner une vieille de 94 ans qui ne l’a jamais sollicité et dont la famille n’étaient pas à court de moyens, Ouattara doit savoir que ce que le peuple attend de lui et de son gouvernement, c’est qu’ils nous démontrent qu’ils ne sont pas indifférents à la santé des citoyens encore actifs qui sont en train de mourir sans assistance de l’état dans des hôpitaux ou chez eux à la maison parce que n’ayant pas de moyens financiers pour ce soigner. Une fois de plus, le cas Yapi Didier est un exemple patent.

Docteur Doumbia Major

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles