10312020Headline:

Déchets toxiques: 20 ans de prison et une amande de 20 millions FCFA pour Koné Cheick Oumar et Gohourou Claude

cheik oumarclaude gouhourou

La course judiciaire de l’affaire des déchets toxiques tend-t-elle vers la condamnation de Koné Cheick Oumar et ses compères? C’est encore trop tôt de l’affirmer. Pour l’heure, le procureur n’a pas changé d’un iota son réquisitoire. En effet, le procureur a précédemment à la chambre des délits économiques déclaré coupables Koné Cheick Oumar et Gohourou Claude avec une condamnation d’au moins 20 ans de prison ferme et le paiement d’une amande de 20 millions FCFA en complément.

« Je veux que l’ex Access BANK écope d’une peine d’amande de 60 milliards assortie d’une interdiction d’exercice de 5 ans en terre ivoirienne » a-t-il ajouté. Cette sanction est justifiée par une preuve de faux et usage de faux relatifs à des documents administratifs, blanchiment d’argent et abus de confiance. Les deux prévenus se sont contredits dans lors des audiences en privée. En effet, Claude Gohourou, a tenu des propos qui étaient tout autres que ceux tenus par Cheick Oumar. Claude G. ne reconnaît pas avoir émis des chèques à l’ordre de celui dont le cabinet juridique Koneco a servi d’assistance conseil à la Coordination Nationale des Victimes des Déchets Toxiques de Côte d’Ivoire ( CNDVT-CI) dont il assure la présidence.
« Les 4 milliards, 658 millions transférés à Access Bank et SBGCI étaient à titre des indemnisations des victimes retardataires et non payer les honoraires de son conseil » a fait savoir Claude Gohourou. Tandis que Cheick Oumar, lors de sa première audience déclarait que cette somme d’argent lui était destinée à titre personnel. D’où les opérations effectuées par sa collaboratrice au nom de sa structure. Un autre fait majeur qui a retenu l’attention du juge fut l’ouverture concomitante des comptes Access Bank de Cheick Oumar et de la CNDVT-CI de Claude Gohourou. Après les différents plaidoyers, les avocats des deux parties, le juge d’instruction a renvoyé le verdict en délibéré le 13 janvier 2015.

Cyprien Kouassi

lebanco.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles