01172018Headline:

Défunte guerre des sigles en Côte-d’Ivoire/ce qu’il faut savoir À la chute de Gbagbo…..

À la chute de Laurent Gbagbo, deux clones politiques ont poussé pour brouiller les pistes. L’un est la Ligue des mouvements pour le progrès (LMP, coalition politique) et l’autre, le Front populaire uni (FPU). Ces sigles ne sont pas innocents.

La LMP était animée par des proches de Laurent Gbagbo: Gervais Délinpelna-Coulibaly, Kabran Appia, Mel Eg Théodore et Henriette Lagou. Née en janvier 2012, elle devait créer la confusion avec La majorité présidentielle (LMP, coalition qui a soutenu la candidature de Gbagbo à la présidentielle) dont ils sont des transfuges.

Le FPU est un parti créé le 19 avril 2014 par Zadi Djédjé, un membre de la Galaxie patriotique de Charles Blé Goudé. À défaut de le faire disparaitre, il devait concurrencer le Font populaire ivoirien (FPI, ex-parti au pouvoir) sur le terrain.

Ces deux clones ont fait un choix, en se démarquant de leur ancienne famille politique: négocier avec le pouvoir, pour « réconcilier les Ivoiriens avec la politique » (LMP) et en « utilisant le bon ton » (FPU).

La montagne a accouché d’une souris. Le 8 juillet 2017, Zadi Djédjé a abandonné le navire du FPU. La LMP est, quant à elle, morte de sa belle mort après son explosion en plein vol. Et la guerre des sigles a vécu. Le temps d’un météore.

Ferro Bally

connection

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment